« Se rendre compte qu'on véhicule des clichés, ce n'est pas de la censure ! »

« Se rendre compte qu'on véhicule des clichés, ce n'est pas de la censure ! »©LEPOINT
A lire aussi

LEPOINT, publié le mercredi 14 février 2018 à 08h05

ENTRETIEN. En proposant une relecture critique des œuvres passées, les féministes font-elles peser le risque de la censure sur l'art ?

Audrey Alwett* est autrice de romans et de BD pour la jeunesse, dont la série Princesse Sara. Fin janvier, elle a publié sur son blog un long post « Best seller, long seller, pourquoi t'as rien compris à la censure », dans lequel elle conteste les accusations de censure faites aux féministes. Nous l'avons rencontrée.

Audrey Alwett, autrice de livre jeunesse.

© DR

Le Point : Pourquoi avoir écrit ce billet ?

Audrey Alwett : J'ai lu une série de réactions sur les réseaux sociaux qui s'insurgeaient contre une pseudo-censure à l'œuvre. Par exemple, cet article sur la série Friends. Il expliquait que les plus jeunes y voyaient une série…

Lire la suite sur LEPOINT

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
0 commentaire - « Se rendre compte qu'on véhicule des clichés, ce n'est pas de la censure ! »
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]