Sanson, Ringer, Armanet donnent le la du Printemps de Bourges

Chargement en cours
Véronique Sanson en concert Salle Pleyel le 30 novembre 2017
Véronique Sanson en concert Salle Pleyel le 30 novembre 2017
1/3
© AFP, JACQUES DEMARTHON

AFP, publié le mardi 24 avril 2018 à 15h30

La pasionaria Véronique Sanson, la diva punk Catherine Ringer et la "petite amie" Juliette Armanet: le talent se conjugue au féminin mardi pour l'ouverture du Printemps de Bourges, qui mise sur la parité pour sa 42e édition.

Le festival commence fort avec trois femmes, de générations différentes, qui symbolisent d'autant mieux la vitalité de la chanson française. Quatre femmes, même, puisque la jeune Naya, passée par The Voice Kids, aura, avant elles, la délicate tâche d'ouvrir le festival en début de soirée avec sa pop-folk-électro.

Après quoi ce sera l'heure de Juliette Armanet. La lauréate des Victoires de la musique dans la catégorie album révélation pour "Petite amie", viendra s'installer devant son piano pour défendre ce disque sorti il y a un an et qui l'a fait passer dans une nouvelle dimension.

Souvent comparée à Véronique Sanson - une artiste-référence qu'elle assure n'avoir découverte que sur le tard -, la chanteuse de 34 ans parvient comme son aînée à toucher le public par sa sensibilité à fleur de peau. Avec un répertoire qui sonne classique,  elle se permet d'heureuses sorties de route, entre mélancolie et légèreté.

"L'amour en solitaire", "Manque d'amour", "Un samedi soir dans l'histoire", autant de titres, devenus en quelques mois des hits, que Juliette Armanet interprètera, avant de laisser place à Catherine Ringer.

L'ex-moitié des Rita Mitsouko est une habituée du Printemps pour y avoir joué plusieurs fois avec Fred Chichin. Beaucoup ont encore en mémoire leur performance survoltée de 1987, mais aussi le concert plein d'émotion qu'avait tenu à assurer Catherine Ringer en 2008, quelques mois après la mort de son compagnon.

- Nyssen en visite -

Cette fois, elle vient défendre son deuxième album solo, le bien nommé "Chroniques et fantaisies" dans lequel elle s'amuse de son âge, 60 ans, et du fait d'être "senior". Ce qui ne l'empêche nullement de conserver son tempérament fougueux sur scène, ni de rouler des "rrrrr" quand il s'agit de reprendre les tubes des Rita.

De quoi redonner du peps à une soirée clôturée par Véronique Sanson, qui n'en finit pas de se produire un an et demi après la parution de son dernier opus "Dignes, dingues, donc...".

La flamboyante chanteuse sera elle aussi au piano, pour jouer ses récents morceaux, dont le très émouvant "Et je l'appelle encore" dédiée à sa mère, mais évidemment ses nombreux hits ("Amoureuse", "Chanson sur une drôle de vie", "Vancouver", "Ma révérence"...) qui couvrent une brillante carrière longue de 46 ans.

Dans le sillage de cette soirée inaugurale cent pour cent féminine, le Printemps de Bourges continuera de mettre les femmes en vedette toute la semaine, afin de respecter la parité chez les artistes programmés. 

Un pari lancé par les organisateurs, auquel a été sensible la ministre de la Culture Françoise Nyssen, qui sera présente à Bourges mercredi et participera notamment à une conférence sur le thème de la place des femmes dans la culture.

Mercredi, les autres femmes derrière le micro se nommeront Jeanne Added, désormais en solo mais avec toujours autant d'énergie, la jeune violoncelliste et chanteuse brésilienne Dom La Nena ou encore la délicate chanteuse belge Mélanie De Biasio.

Les hommes seront un peu en retrait, mais Rag'n'Bone fera tout de même entendre sa forte voix blues et le prometteur Tamino, sur lequel plane l'ombre de Jeff Buckley, pourrait bien être un des chocs du festival.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.