Réduite au silence par son agression sexuelle, une chanteuse retrouve la voix

Chargement en cours
Lucy Dhegrae en pleines répétitions le 11 janvier 2020 à New York
Lucy Dhegrae en pleines répétitions le 11 janvier 2020 à New York
1/4
© AFP, Angela Weiss

, publié le mercredi 15 janvier 2020 à 15h24

Sa carrière décollait enfin en 2013 quand la chanteuse Lucy Dhegrae s'est subitement retrouvée incapable de chanter et de produire les sons qu'elle émettait aisément jusque-là.

Diagnostiquée de parésie des cordes vocales, elle a peu à peu remonté jusqu'aux origines de cette forme de paralysie: 10 ans plus tôt, alors qu'elle était étudiante en première année à l'Université du Michigan, elle avait été droguée puis violée.

"Lorsque j'ai découvert que je ne pouvais pas chanter, j'ai eu l'impression de mourir", a raconté à l'AFP cette femme de 35 ans, depuis son appartement new-yorkais.

"C'était comme si mon corps me disait, 'Bon, tu vas vraiment devoir t'occuper de ça maintenant. On va te retirer la chose dont tu as besoin, que tu utilises pour gagner de l'argent et survivre'", a confié cette chanteuse à la formation classique, spécialiste de musique contemporaine.

"Ca m'a forcée à examiner (ce viol), et honnêtement, je ne suis pas sûre que je l'aurais fait".

Mme Dhegrae, une femme grande et souple qui jusque-là avait passé sous silence cette expérience traumatisante, s'est renseignée et a trouvé des articles parlant de victimes d'agressions sexuelles qui, restées silencieuses sur ce qu'elles avaient subi, en avaient littéralement perdu leur voix.

Elle s'est engagée comme bénévole pour l'organisation contre les agressions sexuelles RAINN et a vu que certaines victimes recommençaient à s'exprimer lorsqu'elles abordaient leur traumatisme.

"J'ai su alors, comme j'avais perdu la capacité de chanter mais pas celle de parler, que je devrais chanter" et raconter cette agression, a-t-elle indiqué.

Depuis novembre et jusqu'à juillet, au centre artistique "National Sawdust" de Brooklyn, elle présente une série de quatre concerts explorant la façon dont la musique peut aider à guérir les traumatismes du corps et de l'esprit.

"Le cerveau ne peut pas comprendre que quelque chose d'horrible puisse vous arriver à n'importe quel moment", dit-elle.

"Il faut réussir à démêler ça pour retrouver une unité de corps, car le cerveau apprend.... à isoler ce souvenir".

- Taire la maladie -

Sa guérison a été retardée, dit-elle, par ceux qui lui ont conseillé de ne parler à personne de sa perte de voix, de peur d'être écartée de futurs concerts.

"La découverte de cette parésie et l'agression sont des expériences qui ont des points communs", dit-elle, en expliquant avoir plongé dans une lente dépression. 

"Je ne devais en parler à personne", dit-elle. "Ca ressemble beaucoup à un viol... On ne sait pas à qui on peut parler de cette honte profonde".

Après des années de thérapie, elle espère que ses concerts, inspirés de son cheminement vers la guérison, aideront d'autres victimes à se sentir moins isolées.

"Le fait que j'ai eu de fortes expériences de guérison physique, d'intégrité physique retrouvée (...) je voulais partager ça", dit-elle. 

"Je voulais faire un spectacle que j'aurais aimé voir et qui m'aurait aidée en 2013, car je n'avais alors personne à qui parler". 

"Si j'avais eu quelqu'un (...) cela aurait infiniment facilité cette période de ma vie (...) . Je voulais faire ça pour les autres".

- Voix "brute, animale" -

Mme Dhegrae raconte avoir commencé à préparer ces concerts avant le mouvement #MeToo, né en octobre 2017 des accusations d'agressions sexuelles contre le producteur de cinéma Harvey Weinstein, actuellement en procès.

Mais ce scandale a permis à une plus large audience de s'intéresser aux oeuvres artistiques abordant les agressions sexuelles, dit-elle.

Quatre compositeurs ont participé aux quatre oeuvres expérimentales qu'elle chante, accompagnée d'un saxophone, d'un violon et d'un piano, sur fond d'images projetées sur écran.

A un moment du spectacle, elle chante d'une voix forte face à un chanteur masculin, comme si elle confrontait directement son traumatisme. 

L'un des morceaux, intitulé "She gets to decide" ("C'est elle qui décide"), de la compositrice Eve Beglarian, s'inspire d'un tableau de Balthus de 1938, "Thérèse rêvant", qui montre une jeune fille assise, jambe repliée, laissant voir sa culotte. 

Des milliers de personnes avaient demandé qu'il soit décroché du Metropolitan Museum de New York fin 2017, lorsque le #MeToo battait son plein.

Dans l'un des textes, Mme Dhegrae fait aussi référence au procès de Larry Nassar, l'ex-médecin de l'équipe américaine de gymnastique féminine condamné de multiples agressions sur mineures.

Pour ces représentations, elle dit puiser dans la partie d'elle qui est "brute, animale".

"Je crie, je grogne, je murmure, je pleure", dit-elle. "Je n'essaie pas de donner au public uniquement le beau côté de la voix. Je veux leur donner l'expérience complète". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.