Pologne: happening contre l'antisémitisme à Cracovie

Chargement en cours
 Une actrice lit des fragments du livre "La vie coupée. Les récits de la génération de mars" de l'auteure polonaise Joanna Wiszniewicz, au milieu de cetaines de valises posées sur le trottoir devant la Vieille Synagogue de Cracovie, le 30 amrs 2018

Une actrice lit des fragments du livre "La vie coupée. Les récits de la génération de mars" de l'auteure polonaise Joanna Wiszniewicz, au milieu de cetaines de valises posées sur le trottoir devant la Vieille ...

1/2
© AFP, Bartosz SIEDLIK

AFP, publié le vendredi 30 mars 2018 à 23h40

Une centaine de valises posées sur le trottoir devant la Vieille Synagogue de Cracovie ont rappelé vendredi soir l'exil de milliers de Juifs polonais, poussés à quitter leur pays par une campagne antisémite il y a un demi-siècle, en mars 1968.

Des acteurs du célèbre Théâtre Stary de Cracovie ont lu des fragments du livre "La vie coupée. Les récits de la génération de mars" de l'auteure polonaise Joanna Wiszniewicz, devant une bonne centaine de spectateurs, attentifs malgré la pluie froide.

"L'objectif de notre happening était de montrer que le discours de haine contre les Juifs fomenté par le pouvoir (communiste) en 68 est toujours présent en Pologne d'aujourd'hui", a dit à l'AFP l'organisatrice de la manifestation, Magdalena Kobylanska.

"Le gouvernement polonais actuel tolère ouvertement des mouvements d'extrême droite qui prônent l'antisémitisme. Nous devons être conscients du fait que le même discours, qui régnait il y a 50 ans, avait conduit à l'émigration forcée", a-t-elle ajouté.

La lecture de souvenirs alternait avec des actualités filmées de l'époque projetées sur un grand écran. On y voyait notamment des manifestants favorables au pouvoir communiste qui brandissaient des banderoles avec des slogans tels que "A bas les Juifs !" et "Les Juifs, rentrez en Israël !". 

En 1968, une aile nationaliste du Parti communiste avait orchestré une purge à caractère antisémite au sein de son appareil pour en chasser d'abord les "internationalistes" rentrés de Moscou après 1945 et dont beaucoup étaient juifs, puis les Juifs tout court. Plus de dix mille personnes, brutalement licenciées, ont été poussées à l'émigration. Le 8 mars dernier le président polonais Andrzej Duda a demandé pardon aux Juifs chassés de son pays et son geste a été salué par des personnalités juives.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.