Philippe Katerine, l'homme à la tête de Chouan

Chargement en cours
L'acteur et chanteur Philippe Katerine aux Victoires de la musique, le 14 février 2020 à Boulogne-Billancourt, près de Paris
L'acteur et chanteur Philippe Katerine aux Victoires de la musique, le 14 février 2020 à Boulogne-Billancourt, près de Paris
1/2
© AFP, Alain JOCARD

, publié le samedi 15 février 2020 à 08h03

Tellement décalé qu'il finit par être à sa place partout: Philippe Katerine, césarisé au cinéma, est désormais une valeur sûre de la chanson, plus libre que jamais après avoir passé le cap de la cinquantaine.

"Confessions", album-péplum complètement fou, a valu vendredi soir la Victoire de la musique de l'artiste masculin à ce Vendéen fier de l'être - il avait soutenu en chanson le petit club des Herbiers en Coupe de France.  

Une nouvelle consécration pour ce faux-naïf qui a été reconnu sur le tard. 

Le Vendéen débute sa carrière en 1991 sous l'unique nom de Katerine, avec le disque "Les mariages chinois". Mais le succès n'arrive qu'une quinzaine d'années plus tard. En 2005, l'ancien étudiant en arts plastiques à Rennes fait un carton avec son huitième opus, "Robots après tout", clin d'oeil à l'album "Human After All" des Daft Punk. Son tube "Louxor, j'adore" lui permet d'accéder à une large audience.

L'homme aux pantalons à pattes d'éléphant vintage et pulls cintrés n'a pas fait que passer le mur du son. Il a aussi crevé l'écran. En 2019, il est récompensé par un César du meilleur second rôle pour son personnage de Thierry, employé de piscine timide au parler lent dans "Le Grand Bain". 

Depuis, l'hurluberlu dégarni enchaîne les piges au cinéma. On l'a ainsi vu dans des seconds rôles d'impresario aux tenues improbables dans "Yves" de Benoît Forgeard - pour qui il avait été aussi président de la République dans "Gaz de France" -, ou dernièrement d'adjoint au maire dans "Notre Dame" de Valérie Donzelli et de préfet dans "Merveilles à Montfermeil" de Jeanne Balibar.

- "Je suis timide" -

"C'est vrai que je suis timide", reconnaissait-il récemment auprès de l'AFP, affirmant que le cinéma est aussi pour lui un moyen de sortir de chez lui, où il resterait volontiers toute la journée à dessiner. Et bien sûr à créer une musique qui n'a plus de limites, comme "Confessions", qui brasse thèmes sociétaux et intimes. Du Katerine tout craché. Entre langue très crue ou enfantine.

Gérard Depardieu, beau-père de ce touche-à-tout qui vit avec Julie Depardieu, mère de deux de ses enfants, vient même y poser sa voix. Dans ce titre, "Blond", Katerine parle habilement du sort réservé au fil des âges à ceux qui n'ont pas cette couleur de cheveux, de l'esclavage aux contrôles au faciès. 

On y entend le monument du cinéma reprocher à Katerine sa blondeur. "Je lui ai écrit sa partie, en lui disant +là, tu vois, tu me juges, tu m'engueules+ et ça, il sait très bien faire ça, pas de problème (rires)", confie-t-il à l'AFP.

Ce fan de hip-hop - l'album "Ye" de Kanye West est "un repère très fort" pour lui - s'offre aussi des duos avec Oxmo Puccino ("La Clef") et Lomepal ("88%", chanson qui dénonce l'homophobie).

Ainsi qu'une belle sucrerie avec Léa Seydoux dans "Rêve heureux". "Elle avait un peu le désir de chanter, on s'est rencontrés et j'ai tout de suite accroché avec elle, je la trouve sensible, un peu sauvage, on s'est reconnus comme des cousins éloignés". Elle lui dit "aimer" ses chansons depuis "qu'elle est jeune". "Alors je lui ai écrit une chanson un peu à ma gloire, histoire de me faire du bien (rires), mais que des gens pourront chanter à d'autres: c'est une chanson de service à la personne".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.