Périgueux : une banderole "Tu es belle Brigitte" déployée pour soutenir Brigitte Macron

Périgueux : une banderole "Tu es belle Brigitte" déployée pour soutenir Brigitte Macron
Brigitte Macron à Espelette (Pyrénées-Atlantiques) le 25 août 2019.

, publié le lundi 09 septembre 2019 à 12h05

Deux artistes périgourdins ont accroché ce week-end une affiche sur un pont de la ville pour défendre la première dame face aux insultes du président brésilien Jair Bolsonaro. 

"Tu es belle Brigitte" ! Ces quatre mots écrits en blanc sur une banderole noire s'affichent sur le pont des Barris, dans le centre-ville de Périgueux (Dordogne). S'agit-il de la déclaration d'amour d'un anonyme à sa dulcinée ? En réalité, c'est l'œuvre de deux artistes qui souhaitent afficher leur soutien à Brigitte Macron, récemment injuriée par le président du Brésil Jair Bolsonaro et par son ministre de l'Économie. 




"Ça dépasse complètement la politique, c'est juste une attaque contre une femme", déplore ADNX, l'un des deux artistes, interrogé par France Bleu Périgord lundi 9 septembre.

Pour lui, "Bolsonaro, c'est l'archétype du macho autoritaire". "On cherche à dé-normaliser le machisme et les travers de la société en général. C'était l'occasion", précise son acolyte Klemere, qui a eu l'idée de la banderole. Pourquoi l'avoir déployée sur un pont ? "Le pont, c'est fait pour réunir les gens. Notre message a la même vocation", expliquent les deux artistes à la radio. 

Soutenue par de nombreuses personnalités

Fin août, dans un contexte de tensions diplomatiques avec la France, le président brésilien avait publié sur Facebook un message se moquant du physique de Brigitte Macron, qu'il a supprimé face à la polémique. La semaine dernière, son ministre de l'Économie Paulo Guedes injuriait à son tour l'épouse du chef de l'État. 




De nombreuses personnalités ont pris la défense de Brigitte Macron ces derniers jours, de Julie Gayet à des ténors de l'opposition, comme Jean-Luc Mélenchon ou Valérie Pécresse. Sa fille Tiphaine Auzière a également publié un message sur les réseaux sociaux ce week-end. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.