Patrimoine : "Stéphane Bern est un ignare !"

Patrimoine : "Stéphane Bern est un ignare !"
Stéphane Bern visite la Villa Viardot à Bougival (Yvelines) le 15 septembre 2018, à l'occasion des Journées du patrimoine.

Orange avec AFP, publié le lundi 17 septembre 2018 à 18h40

Le présentateur de "Secrets d'histoire", chargé d'une mission sur la sauvegarde du patrimoine par Emmanuel Macron, s'oppose au projet de déviation de Beynac, dans le Périgord, jugeant qu'il "massacre" la vallée de la Dordogne. Le président du conseil départemental du département, Germinal Peiro, porteur du chantier, accuse l'animateur de "répéte(r) bêtement ce que lui disent ses amis châtelains".

Invité de France Inter samedi 15 septembre, à l'occasion des Journées du patrimoine, Stéphane Bern s'est opposé au projet de contournement du village de Beynac, visant à désengorger la petite route saturée en été.

"On massacre en permanence le patrimoine, et pas seulement le patrimoine bâti, mais aussi les sites naturels, la vallée de Beynac par exemple (...). C'est monstrueux, c'est toute une faune, une flore qu'on abat... Tout ça pour construire une autoroute. On marche sur la tête", s'est indigné l'animateur de France 2.

Il répète bêtement ce que lui disent ses amis châtelains !"

Il avait déjà critiqué le projet fin 2017, dénonçant un "scandale écologique et économique" consistant à "bétonner la vallée de la Dordogne près du village de Beynac pour gagner un quart d'heure pendant les embouteillages d'été ", comme le rappelle France 3.



Des propos qui indignent le patron du département de la Dordogne, Germinal Peiro. "On n' a pas de leçons à recevoir de M. Bern. D'autant plus que M. Bern est un ignare. Il répète bêtement ce que lui disent ses amis châtelains !", a-t-il réagi lundi, auprès de France 3.

Le projet de déviation de Beynac, connu pour son château médiéval, fait débat depuis des années. Comme le rappelle Sud-Ouest, l'idée est née au sein du conseil général dès 1985. Après des années de bataille judiciaire, la préfète Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc a signé en janvier dernier l'arrêté autorisant les travaux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.