«Nul homme n'est une île», politique grandeur nature

«Nul homme n'est  une île», politique grandeur nature

«Nul homme n'est une île», politique grandeur nature

Libération, publié le mardi 03 avril 2018 à 20h05

Après le Temps des grâces (2010), consacré à la façon dont le travail agricole modèle les paysages et les écosystèmes, et la Ligne de partage des eaux (2014), sur l'aménagement du territoire, Dominique Marchais poursuit avec Nul homme n'est une île - qui a reçu le grand prix 2017 du festival Entrevues de Belfort - sa patiente et rigoureuse exploration des rapports entre la politique, l'économie et l'évolution des paysages.

Après les constats qu'il avait dressés sur le seul territoire français, il se penche désormais sur les solutions, en élargissant son champ d'investigation à l'Europe. De la Sicile à l'Autriche, en passant par la Suisse, il va à la rencontre d'hommes et de femmes qui tentent de concilier une véritable pratique de la démocratie avec de nouvelles…

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.