Musique: Dani, dans la lueur des "Horizons Dorés"

Chargement en cours
La chanteuse Dani, le 3 septembre 2020 à Boulogne-Billancourt, près de Paris
La chanteuse Dani, le 3 septembre 2020 à Boulogne-Billancourt, près de Paris
1/2
© AFP, Christophe ARCHAMBAULT
A lire aussi

, publié le vendredi 25 septembre 2020 à 11h45

Dani revient avec l'élégant "Horizons Dorés", album taillé pour les concerts à venir entre formule guitare-voix et hommage aux figures féminines. 

Le morceau-titre résonne d'une actualité folle avec le contexte sanitaire. "A quand les horizons dorés (...) à quand la peau contre la peau (j'ai) connu des mieux différés, jamais je n'ai renoncé".  

"On a fini cette chanson fin décembre et on ne savait pas du tout ce qui allait se passer", confie à l'AFP la chanteuse, heureuse de sa tonalité "pleine d'espoir".

"Des mieux différés" colle aussi parfaitement à son existence, où les jours meilleurs ont succédé aux pièges de la nuit. Comme lorsque, boudée par les maisons de disques - à cause d'un "passé sulfureux", celui des paradis artificiels - Etienne Daho lui dit: "Si tu veux t'en sortir, il faut rechanter". "Je lui ai dit +t'es malade ou quoi?+". Ils chanteront tous deux "Comme Un Boomerang". Un titre composé pour elle par Serge Gainsbourg mais recalé pour l'Eurovision et oublié. Ce sera la chanson du retour en 2001. 

Depuis, elle a retrouvé un statut d'icône, qui l'embarrasse. "Il y a un côté figé alors que j'ai l'impression d'être dans le mouvement", sourit-elle. A bientôt 76 ans, elle préfère parler d'un "parcours atypique" - mannequin, chanteuse, actrice, meneuse de revue, fleuriste...

- "Vraie épaisseur" - 

"C'est un vrai personnage, elle a une vraie épaisseur, chez elle pas d'afféterie, elle ne joue pas un rôle, il y a un vrai désir de sculpter une trajectoire d'artiste", raconte à l'AFP Bertrand Dicale, spécialiste de la chanson française. 

Même si, comme elle le dit de sa voix aux délicates aspérités, "ce n'est pas toujours facile de prendre des chemins pas comme les autres". "C'est très chaotique, mais avec des belles rencontres".

Pour cet album (qui sort vendredi chez Washi Washa/Warner), il en est une qui a compté, avec Emilie Marsh. Dani et cette guitariste se sont entendues "comme une évidence" sur les dernières tournées. "C'est presque un duo".

La pochette de l'album, signée Jean-Baptiste Mondino, illustre l'importance de cette guitariste, puisque Dani arbore un bijou-médiator posé sur un œil, façon pirate.

Emilie Marsh a lustré les nouvelles créations et revisité d'anciennes chansons de Dani, comme "N Comme Never Again", troussée au départ avec les Stranglers. L'histoire de ce titre aurait pu s'appeler drôle d'endroit pour une rencontre.

- Tour Eiffel, 1er avril -

"Bryan Ferry ne pouvait pas le faire avec moi mais m'avait indiqué son ami Jean-Jacques Burnel des Stranglers, qui m'a donné rendez-vous un 1er avril au pied de la Tour Eiffel. +C'est un gag ?+. Mais, non, il était là". "Et pendant dix ans d'ailleurs, à chaque fois qu'il venait à Paris, on se donnait rendez-vous là, s'amuse-t-elle. Puis je suis allée à Cambridge, ils étaient très contents d'accompagner une chanteuse française loin d'eux, ces punk-intellos que j'aime beaucoup, qui ont eu tant de répercussions dans la mode, dans la musique". 

JoeyStarr, lui, au delà d'un duo sur l'album ("Kesta Kesta"), a aussi un peu inspiré le futur show (à partir d'octobre, Bataclan le 10 décembre, formule cabaret idéale pour des jauges réduites face au Covid-19). Pierre Grillet, collaborateur-complice de Dani, a ainsi travaillé avec le pilier de NTM sur ses spectacles de discours à l'Assemblée nationale. "Il y avait plein de mômes séduits, je me suis dit que je pourrais lire des textes de ou sur des femmes qui m'ont interpellée".

Aux côtés des chansons d'"Horizons Dorés" il y aura donc des lectures et évocations d'Anaïs Nin, George Sand, Rosa Parks, Marilyn Monroe, Simone Veil, Virginie Despentes ou encore Françoise Sagan.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.