Mort de Jean-Denis Bredin, académicien et avocat de renom

Mort de Jean-Denis Bredin, académicien et avocat de renom
Jean-Denis Bredin (à gauche), en 2005
A lire aussi

publié le mercredi 01 septembre 2021 à 21h00

L'avocat, professeur, écrivain et académicien est décédé à l'âge de 92 ans.

Jean-Denis Bredin, célèbre avocat, professeur et académicien, est décédé à 92 ans, a annoncé mercredi 1er septembre le bâtonnier de Paris, Olivier Cousi. "Jean-Denis Bredin nous a quittés.

Il fût l'un de nos plus brillants confrères possédant une plume à nulle autre pareille qui l'avait porté à l'Académie française", a salué Olivier Cousi. Le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, a salué sa mémoire, dans un tweet: "Une très grand figure du barreau français vient de s'éteindre. Il aura marqué son époque de son talent et des nombreux combats qu'il a menés".


Père de l'ancienne ministre socialiste Frédérique Bredin, académicien depuis 1989, Jean-Denis Bredin a signé une vingtaine d'ouvrages historico-judiciaires, dont un livre-référence ("L'affaire", 1983) sur Alfred Dreyfus, une des plus célèbres victimes d'erreur judiciaire de l'histoire de France.


Né à Paris en 1929, il avait enseigné à la faculté de droit de Rennes, de Lille, à l'université Paris-Dauphine puis, à partir de 1971, à Paris I avant d'être nommé professeur émérite. Avocat au barreau de Paris à partir des années 1950, il s'était associé en 1965 à Robert Badinter pour fonder un cabinet d'affaires qui deviendrait l'un des plus célèbres du pays. 

Ses fictions, nouvelles et essais, avaient témoigné de ses combats. Son premier roman, "Un coupable" (1985), était le récit d'une erreur judiciaire. Il avait aussi dénoncé les dérives judiciaires dans "Un tribunal au garde-à-vous" (2002, sur le procès de Pierre Mendès-France en 1941), ou dans "L'infamie" (2012, sur le procès de Riom en 1942 intenté par Vichy à Léon Blum et d'autres). 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.