Mort de Denis Tillinac, grande plume de la droite française

Mort de Denis Tillinac, grande plume de la droite française
Denis Tillinac, le 14 juillet 2020, à Paris
A lire aussi

, publié le samedi 26 septembre 2020 à 15h10

L'écrivain et journaliste était connu pour ses engagements politiques, notamment en faveur de son ami Jacques Chirac. A droite comme à gauche, les hommages affluent pour saluer un "gaulliste" convaincu, à l'oeuvre littéraire conséquente.

L'écrivain Denis Tillinac est décédé à 73 ans dans la nuit de vendredi à samedi 26 septembre, des suites d'une crise cardiaque, a-t-on appris auprès des éditions Plon. Journaliste et responsable d'une maison d'édition, il a écrit plus de soixante ouvrages (romans, récits, essais, nouvelles, poésies, etc.), dont son dernier "Dictionnaire amoureux du Général (De Gaulle)" aux éditions Plon (2020).

Ami de Jacques Chirac, mort il y a un an jour pour jour, il fut récompensé de nombreux prix le prix Roger Nimier pour "L'été anglais" (Robert Laffont) ou encore le Grand Prix de littérature Henri-Gal, récompense de l'Institut de France sur proposition de l'Académie française, pour l'ensemble de son œuvre. Connu pour ses engagements à droite, Denis Tillinac fut d'abord chiraquien avant de rallier le camp de Nicolas Sarkozy. Parmi les nombreux hommages à l'annonce de sa mort, le Premier ministre Jean Castex a salué un "gaulliste" attaché à la terre qui l'avait vu naître".


"Nous n'avions pas les mêmes idées mais nous pouvions avoir les mêmes sentiments", a quant à lui réagi François Hollande.



"Ta fidélité va tellement nous manquer", s'est quant à elle émue la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse, tandis que Bruno Retailleau a salué un "grand amoureux de la France".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.