Mode: une collection Alaïa inspirée par la Pompadour exposée à Paris

Chargement en cours
Photographie prise le 2 juillet 2018 à Paris de l'exposition "L'alchimie secrète d'une collection" qui présente jusqu'en janvier 2019 la collection printemps-été 1992 d'Azzedine Alaïa
Photographie prise le 2 juillet 2018 à Paris de l'exposition "L'alchimie secrète d'une collection" qui présente jusqu'en janvier 2019 la collection printemps-été 1992 d'Azzedine Alaïa
1/2
© AFP, STEPHANE DE SAKUTIN

AFP, publié le mercredi 04 juillet 2018 à 12h32

De la couleur, des broderies anglaises et des ceintures corsets: la collection printemps-été 1992 d'Azzedine Alaïa, inspirée par la marquise de Pompadour, s'expose dans la galerie parisienne du couturier franco-tunisien disparu en 2017.

"Il s'agit de la collection qu'Azzedine Alaïa a présentée après avoir acquis cet ensemble architectural dans le Marais en 1991 où il avait installé ses bureaux, son atelier et où il avait choisi de vivre", explique l'historien Olivier Saillard, commissaire de l'exposition.

Le couturier avait découvert qu'à cette adresse la jeune Jeanne-Antoinette Poisson, future marquise de Pompadour, avait reçu "un enseignement en arts d'agrément". La collection est donc un hommage à la favorite de Louis XV, pleine de références au 18e siècle.

"C'est un moyen de montrer un autre aspect d'Azzedine Alaïa, que les gens connaissent moins", commente Olivier Saillard, soulignant le caractère "plus léger, fantaisiste, plus divertissant" de cette collection, au style frais et à la palette évoquant des sorbets.

Intitulée "L'alchimie secrète d'une collection", l'exposition présente jusqu'en janvier 2019 une quarantaine de silhouettes: robes, tailleurs et jupes longues ajustées avec des bords volantés, robes blanches en broderies anglaises, ensembles en cuir noir perforé, longues chemises rayées, et les robes en maille stretch qui ont fait la renommée d'Alaïa.

L'association Azzedine Alaïa, sous la houlette du compagnon du couturier, l'artiste allemand Christoph von Weyhe, et son amie, la galeriste italienne Carla Sozzani, organise désormais des expositions deux fois par an, à chaque saison de haute couture. 

La précédente, de janvier à juin, était un hommage au couturier disparu en novembre 2017 à 82 ans, et ne présentait quasiment que des robes noires et blanches.

Azzedine Alaïa, en plus de conserver ses propres créations, a aussi collectionné celles d'autres grands couturiers, constituant un véritable musée de la mode, dont l'inventaire va nécessiter un travail titanesque, selon Olivier Saillard, ancien directeur du Palais Galliera.

"L'alchimie secrète d'une collection", 18 rue de la Verrerie, Paris 4e, 2 juillet - 6 janvier 2019.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU