Mode à Milan: rigueur et élégance du Sarde Antonio Marras

Mode à Milan: rigueur et élégance du Sarde Antonio Marras

Le styliste italien Antonio Marras (au centre) à la fin de son défilé à la semaine de la mode de Milan, le 23 février 2018

AFP, publié le vendredi 23 février 2018 à 14h44

Le styliste sarde Antonio Marras a dévoilé vendredi à la semaine de la mode à Milan des collections automne-hiver rigoureuses et élégantes, en embarquant ses convives à bord du transatlantique de son ancêtre.

"En première classe, des hommes d'affaires élégants et des comtesses embijoutées, en seconde des commerçants et des femmes rêvant de rejoindre le tendre aimé et en troisième, douleur et désarroi", a raconté Antonio Marras dans un petit livre distribué durant le défilé.

Le patchwork était à l'honneur pour les vestes d'hommes avec des motifs pied-de-poule, prince de Galles ou jacquard, tandis que les robes étaient rehaussées de dentelles, de bijoux, de perles et de tulle. 

Réputé pour ses collaborations avec le théâtre, le cinéma ou le spectacle, le créateur a offert une véritable mise en scène sur le podium avec des acteurs et danseurs se déplaçant aux notes d'un piano à queue pour accompagner le passage des mannequins.

Roberto Cavalli devait prendre le relais dans l'après-midi avec un défilé mixte.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Mode à Milan: rigueur et élégance du Sarde Antonio Marras
  • Il y a longtemps que les Italiens nous ont dépassés sur la mode en matière d'élégance et de classe .... lorsqu'on voit nos défilés, tous aussi foutraques les uns que les autres et plutôt de pire en pire, on préfère largement ..... la France est devenu un pays où l'ordinaire et le mauvais goût rivalisent dans beaucoup de domaines ....

  • a part les milliardaires qui peuvent se payer ces fringues ça intéresse personne