Mode à Milan: Marras au pays du Soleil-Levant, Marni en Amazonie

Chargement en cours
Présentation des modèles d'Antonio Marras pour sa nouvelle collection femmes. Milan le 20 septembre 2019.
Présentation des modèles d'Antonio Marras pour sa nouvelle collection femmes. Milan le 20 septembre 2019.
1/4
© AFP, MIGUEL MEDINA
A lire aussi

AFP, publié le vendredi 20 septembre 2019 à 18h26

C'est dans les velours du théâtre Elfo de Milan que Antonio Marras a présenté sa nouvelle collection femmes dans un défilé aux allures de spectacle théâtral comme aime à les proposer le styliste sarde, habitué à transformer son podium en performance artistique.

Sur la scène, les tableaux s'enchaînent avec les dessins orientaux de l'artiste Lucia Pescador qui servent de décor à cette histoire d'amour entre deux îles, le Japon et la Sardaigne.

Le public est alors transporté au pays du Soleil-Levant et les mannequins vêtues de Kimono apparaissent sur scène, rejoints par un choeur de personnages énigmatiques qui tissent le fil de la narration.

Le show se poursuit au milieu du public dans les allées du parterre de fauteuils, une configuration aux antipodes des codes du monde de la mode, pressé, et vissé à son téléphone.

"J'ai voulu proposer un véritable spectacle, qui constitue une pause dans l'empressement de cette semaine de la mode", a déclaré à l'AFP le créateur et metteur en scène en marge du défilé.

"Créer une collection est un travail qui demande du temps et il en faut tout autant pour le voir, l'apprécier, l'observer, le comprendre", a ajouté Antonio Marras.     . 

Tout l'univers exubérant et éclectique du styliste était décliné sur fond de musique japonaise criant "Ti amo" (je t'aime en italien) et "sayonara" (adieu en japonais).

Chez Marni, c'est dans la jungle amazonienne que l'intellectuel et excentrique Francesco Risso a trouvé l'inspiration.

"A l'origine du projet, il y a ce voyage au Brésil qui s'est malheureusement terminé avec les tragiques incendies de la forêt amazonienne", a confié le styliste à l'issue du défilé.

"J'ai été bouleversé et j'ai voulu parlé de cette urgence de la protection de la nature", a-t-il ajouté.

La récupération était au cœur du show, tant dans le décor évoquant la jungle avec ces arbres entièrement réalisés en carton et bouteilles de plastique recyclés, que dans la collection réalisée en coton organique et taffetas en tissus de récupération.

L'énergie de la couleur, propre à la maison Marni depuis toujours était ici comme celle d'un art brut rendu par le geste pictural de tissus peint à la main par Risso et ses équipes.

"Nous nous sommes littéralement retrouvés nus en train de peindre pendant des semaines", a révélé le créateur.

Le grand rendez-vous de cette journée de défilés est attendu en soirée avec le show de la griffe italienne Versace.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.