Mise en garde des libraires français contre Amazon

Mise en garde des libraires français contre Amazon

Des étagères de livres dans une librairie à Rennes le 5 septembre 2017

AFP, publié le lundi 19 mars 2018 à 12h44

Le Syndicat de la librairie française (SLF) a mis en garde contre l'hégémonie du groupe américain Amazon qualifié d'"inexorable machine de guerre" qui, selon les libraires, "étrangle la concurrence, dégrade le travail et menace nos centres-villes".

A l'occasion du Salon Livre Paris qui ferme ses portes lundi, le SLF qui dénonce de longue date "la concurrence déloyale d'Amazon" a traduit et mis en ligne sur son site un rapport de l'institut américain de recherche ILSR, publié aux États-Unis en novembre 2016, décryptant la stratégie du géant américain.

Le rapport concerne les États-Unis mais dépeint, selon le SLF, le fonctionnement d'Amazon dans tous les pays où il est implanté.

"Notre modèle de société en tant que tel, notre relation au travail, nos libertés individuelles, notre capacité à vivre ensemble" sont "menacées par la stratégie tentaculaire d'Amazon", estime le SLF en faisant sien le rapport de l'ILSR.

Ce rapport de 80 pages, divisé en quatre parties, dénonce notamment "la stratégie de monopole d'Amazon" et "une expansion à marche forcée au détriment des emplois et des salaires". Ce rapport estime également qu'Amazon "vide les centres-villes de leur substance" et propose enfin d'organiser "la résistance politique" face aux "menaces multiples que (la stratégie d'Amazon) entraîne".

Le rapport dénonce également les conditions de travail des employés d'Amazon, la politique d'évasion fiscale de l'entreprise américaine, l'exploitation des données personnelles de ses clients et note aussi qu'Amazon détruit plus d'emplois qu'il n'en crée.

Cette publication du SLF intervient alors que la loi de juillet 2014 encadrant les conditions de la vente à distance des livres (dite loi "anti-Amazon") fait actuellement l'objet d'une mission d'évaluation parlementaire dont les conclusions seront présentées en avril.

Cette loi interdit notamment le cumul de la gratuité des frais de port et le rabais de 5% sur le prix du livre.

Le SLF regroupe plus de 600 librairies de toutes tailles, généralistes ou spécialisées, implantées sur l'ensemble du territoire, dont la vente de livres neufs au détail constitue l'activité principale.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
16 commentaires - Mise en garde des libraires français contre Amazon
  • Faîtes comme moi, boycottez Amazone et autres ! Nous sommes tous responsables. Et vous verrez qu'avec un tout petit effort, tous ensemble, nous avons un pouvoir immense pour faire changer les choses. Dans tous les domaines. L'important, c'est le terme "ensemble", contrairement à ce que la société de consommation a réussi à faire de la majorité d'entre nous depuis des décennies, des individualistes et des moutons

  • Demander aux petits auteurs régionaux, les libraires prennent leurs livres mais ne venant pas des grands éditeurs, ils ne sont jamais en vitrine mais ne se gênent pas pour prendre 30 pour cent. Alors on fonctionne très bien par d'autres circuits, plus de libraires cela ne me fait ni chaud ni froid.

  • avec les biblioteques de rue ,on se rembourse "chez gilbert jeune" des 5 pour cent rentrée scolairej'amais donnés et des reliquats de cantines pris pour enivrer nos conseilliers a Issy sous SARKOZY

  • et bien moi je résiste : j'achète mes livres en librairie et je ne sais pas me servir de ces machins que l'ont appelle liseuses ...de mon temps une liseuse était un joli objet, bien souvent en cuir ouvragé, pour justement protéger la couverture d'un livre

    Je suis tout à fait d'accord avec vous mais quand on ne voit plus bien et qu'on aime la lecture on est bien obligé d'en passer par une liseuse.J'ai fait don de plus de 2000 livres et croyais mois ça ma fait mal au coeur

  • le gros problème des libraires,c'est que leurs magasins (ex Nantes) se situent au coeur des villes et les gens qui habitent l'extérieur n'ont plus envie de se galèrer pour trouver une place de parking ou il savent très bien qu'ils finir par échouer dans un parking silo ou il paieront la peau des fesses et tout ça pour acheter un ou plusieurs bouquins !!Donc frais de carburant plus frais de parkings,désolé mais y'a pas photo !!!on va voir autre part !!