«Milla», fugue en monde majeur

A lire aussi

Libération, publié le mardi 24 avril 2018 à 19h56

C'est curieux comme dans les films, les (jeunes) hommes peuvent s'allonger avec leurs chaussures sur un matelas par terre qui leur sert de lit sans que leurs compagnes respectives hurlent, alors qu'elles-mêmes sont pieds nus sur les draps et ne dormiraient jamais là où elles posent leurs semelles. Dans la Maman et la Putain de Jean Eustache, Jean-Pierre Léaud se couchait chaussé sur le matelas, ce que ne faisaient ni Bernadette Lafont ni Françoise Lebrun. Dans Milla, le deuxième long métrage de Valérie Massadian, Léo (interprété par Luc Chessel) s'allonge lui aussi sur le matelas, se met en tailleur pour compter la monnaie, ou joue à la dînette en gardant ses chaussures sur les draps, alors que la docile et amoureuse Milla (merveilleuse Séverine Jonckeere, dont c'est le

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.