Mark Hollis, chanteur du groupe Talk Talk, est mort à l'âge de 64 ans

Mark Hollis, chanteur du groupe Talk Talk, est mort à l'âge de 64 ans
Mark Hollis, chanteur de Talk Talk, dans "Such a Shame"

, publié le mardi 26 février 2019 à 07h55

Mark Hollis, chanteur du groupe britannique Talk Talk, célèbre dans les années 1980, est mort à 64 ans, ont annoncé plusieurs de ses proches sur les réseaux sociaux.

"Musicalement c'était un génie, et c'était un honneur et un privilège d'avoir joué avec lui dans le groupe". C'est ainsi que Paul Webb, ancien bassiste du groupe britannique Talk Talk, a rendu hommage au chanteur Mark Hollis, dont le décès à l'âge de 64 ans a été annoncé lundi 25 février. La cause et le lieu de sa mort n'ont pas encore été précisés.

Né le 4 janvier 1955 à Tottenham, Mark Hollis s'était fait connaître avec Talk Talk dans les années 80, lorsque le groupe a fait danser le Royaume-Uni et l'Europe avec des tubes au son pop synthétisé comme It's My Life et Such a Shame.

Le groupe avait ensuite changé d'orientation avec son album The Colour of Spring, sorti en 1986, caractérisé par une approche bien plus improvisée qui devait marquer le début du post-rock.


S'il a eu beaucoup d'influence, notamment sur Radiohead ou le groupe islandais Sigur Ros, la technique d'improvisation de Talk Talk rendait l'organisation de concerts difficile, et le groupe s'est séparé en 1991 après des tensions avec sa maison de disques. Aux États-Unis, il a connu un léger regain de popularité en 2003, notamment après que le groupe californien No Doubt et sa chanteuse Gwen Stefani eurent repris It's My Life.

Mark Hollis avait lui disparu de la scène publique depuis 1998 et la sortie de son album solo, très intimiste, intitulé simplement Mark Hollis. "Repose en paix, Mark Hollis", a d'abord tweeté Anthony Costello, cousin par alliance du musicien, avant d'ajouter : "Mari et père merveilleux. Homme fascinant, fidèle à ses principes. Avait pris sa retraite de la musique il y a 20 ans, mais restait une icône musicale indéfinissable".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.