"Maixabel" apporte l'ETA sur les écrans de Saint-Sébastien

"Maixabel" apporte l'ETA sur les écrans de Saint-Sébastien
L'actrice espagnole Blanca Portillo au Festival de Saint-Sébastien, en Espagne, le 18 septembre 2021

publié le samedi 18 septembre 2021 à 13h59

Le film "Maixabel", qui raconte l'histoire du rapprochement entre la veuve d'un homme politique assassiné par l'ETA et deux de ses assassins, a été accueilli samedi par une large ovation mais aussi avec émotion au festival de cinéma qui se tient dans la ville basque de Saint-Sébastien.

"Maixabel", qui est en compétition officielle au Festival, est un nouvel exemple de la rencontre du cinéma espagnol avec le conflit du Pays basque et l'organisation indépendantiste armée ETA, après son apparition sur le petit écran avec la série télévisée "Patria". 

Le film est une production espagnole, dirigée par Iciar Bollain et dont les rôles principaux sont tenus par Blanca Portillo (notamment "meilleure actrice" à Cannes pour le film "Volver") et Luis Tosar.

L'ETA avait mis fin à la lutte armée en 2011, après quatre décennies de violences. Dix ans après, "il y a aujourd'hui beaucoup plus de liberté de parole sur le sujet, et les gens parlent", a souligné Iciar Bollain lors d'une conférence de presse.

"Maixabel" conte l'histoire vraie de Maixabel Lasa (Blanca Portillo), veuve de l'homme politique socialiste Jose Maria Jauregui, et du repentir de deux des trois membres de l'ETA qui avaient participé à son assassinat en 2000, Luis Carrasco (Urko Olazabal) et Ibon Etxezarreta (Luis Tosar).

Le film avait d'abord été pressenti comme un documentaire, avant que les producteurs optent finalement pour la fiction.

Il touche particulièrement à Saint-Sébastien, qui, comme le reste du Pays basque, a vécu pendant quarante ans sous la menace constante des attentats qui ont fait des centaines de morts et des milliers de blessés, des enlèvements et des extorsions de fonds.

Le Festival, qui se tiendra jusqu'au 25 septembre et accueillera 170 films, s'est ouvert avec "Une seconde" du chinois Zhang Yimou. Dimanche entrera en lice le premier film latino-américain de la sélection de cette année, "Camila sortira ce soir", de l'Argentine Ines Barrionuevo.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.