Liévin : un élu FN visé par une plainte de CRS pour "outrages" et "insultes à caractère racial"

Liévin : un élu FN visé par une plainte de CRS pour "outrages" et "insultes à caractère racial"
Un contrôle routier (illustration)

publié le mercredi 17 août 2016 à 21h01

- Un élu FN de Liévin (Pas-de-Calais) est la cible d'une plainte des forces de l'ordre. Il est accusé d'avoir insulté les agents qui venaient de l'arrêter pour excès de vitesse.

-

Roger Fruchart, membre frontiste de l'opposition dans la ville nordiste de Liévin, est dans la tourmente. Des faits d'outrages à agent dépositaire de l'autorité publique sont reprochés à l'élu, qui se serait emporté contre les forces de l'ordre. Vendredi 12 août, l'élu est arrêté par des policiers placés sur l'A21, à hauteur de la commune de Loison-sous-Lens, dans le Pas-de-Calais. Ces derniers le soumettent à un contrôle d'alcoolémie, qui s'avère positif. Loin d'admettre ses torts, Roger Fruchart conteste les faits et s'énerve contre un agent, au point même, selon la Voix du Nord, de prendre à partie un fonctionnaire d'origine maghrébine.

"INSULTES À CARACTÈRE RACIAL"

Ces débordements lui valent une interpellation immédiate puis un placement en garde à vue pour outrages à agent. Malgré la levée de la garde à vue, l'accusé a été entendu dans la journée du mardi 16 août. À l'issue de cette audition, plusieurs plaintes ont été déposées pour outrages, ainsi qu'insultes à caractère racial. Une source judiciaire indique que, s'il a reconnu partiellement les faits, l'élu frontiste a refusé de souffler dans l'éthylomètre, tout comme il a refusé de se soumettre à des tests sanguins. En charge du dossier, le parquet va déterminer la suite du dossier, avec d'éventuelles poursuites judiciaires à la clé. Les dispositions du code pénal prévoient une sanction maximale de six mois de prison et 7.500 euros d'amande pour outrage, peine doublée si le caractère racial des insultes est retenu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.