Les visiteurs renouent avec le Louvre, sans la foule

Chargement en cours
Les visiteurs avec des masques dans les galeries du musée du Louvre, le 6 juillet 2020 au premier jour de sa réouverture
Les visiteurs avec des masques dans les galeries du musée du Louvre, le 6 juillet 2020 au premier jour de sa réouverture
1/3
© AFP, FRANCOIS GUILLOT

, publié le lundi 06 juillet 2020 à 19h06

Profiter dans le calme de la Joconde et de ses gigantesques collections: après trois mois et demi de fermeture, crise sanitaire oblige, le Louvre a rouvert ses portes lundi sans l'affluence des grands jours, une aubaine pour les visiteurs.

"Ça m'a énormément manqué. Je viens habituellement deux fois par mois", confie Julia Campbell, retraitée d'origine écossaise. "Je vais en profiter pour rester plus longtemps", glisse cette passionnée d'archéologie.

"Je suis très, très heureux d'accueillir des visiteurs, un musée c'est fait d'abord pour accueillir des visiteurs !", a salué Jean-Luc Martinez, le président-directeur du musée, à l'ouverture des portes à 09H00 tapantes.

"Aujourd'hui 7.000 personnes ont réservé, d'habitude on accueille 30.000 personnes", précise M. Martinez, alors que le musée, qui a perdu plus de 40 millions d'euros de recettes durant le confinement, se voit privé des foules habituelles de touristes américains, chinois, coréens, japonais, brésiliens...

75% du public du musée est habituellement formé d'étrangers. Mais pour l'heure, seuls les Européens des pays proches peuvent commencer à revenir.

Environ 200 guides, masques sur la bouche et tableau de la Joconde sur les bras, ont organisé une flashmob à la réouverture du musée pour alerter sur leur situation. Faute de touristes, leurs revenus ont fondu et ils s'estiment "oubliés". Ils réclament, comme les intermittents, une prolongation de leurs droits et de leurs aides. 

Soucieux de la situation des guides-conférenciers indépendants, le musée a choisi d'accepter les groupes de 25 personnes, qui devront être équipés de casques et de micros. 

- Jauges réduites -

Sur le plan sanitaire, le dispositif a été longuement étudié pour éviter tout incident. Des créneaux de visites de 500 personnes ont été mis en place toutes les demi-heures.

L'accès devant la Pyramide est ensuite prévu sur trois files, chaque visiteur devant venir masqué: il y a ceux qui viennent pour leur rendez-vous horodaté réservé sur internet, ceux qui arriveront à l'avance pour un horaire ultérieur réservé, et ceux qui viendront dans l'espoir de trouver des places. 

"On a grandement réduit la jauge pour pouvoir garantir une distanciation", précise Leila Cherif-Hadria, adjointe à la surveillance du musée.

Un code couleur a également été mis en place pour que le visiteur puisse s'orienter avec un sens de visite, obligatoire en cas d'affluence, et sans possibilité de retour en arrière. Des marquages au sol sont prévus, notamment devant la Joconde pour éviter les attroupements. Et du gel hydroalcoolique est disponible dans plusieurs endroits du musée, qui n'avait pas fermé aussi longtemps depuis la deuxième Guerre mondiale. 

La Joconde, la Victoire de Samothrace, la Liberté guidant le peuple, le Radeau de la méduse, la Vénus de Milo, les bijoux de la Couronne et autres merveilles... Les salles les plus fréquentées sont ouvertes de même que celles abritant des collections très populaires comme les Antiquités de l'Égypte, de la Grèce et de Rome.

- Rare opportunité -

Qui plus est, le musée est "moins bruyant, du coup c'est un bon moment pour venir le redécouvrir", estime Mme Cherif-Hadria. Un sentiment confirmé par Christine, une visiteuse, ravie de redécouvrir la peinture italienne.

"Je trouve ça idyllique, j'aime quand il y a peu de monde, quand c'est silencieux. Là, c'est presque silencieux, c'est un jour exceptionnel", s'enthousiasme cette Parisienne qui a "foncé" sur les réservations dès l'annonce de la réouverture du musée.

Certaines collections - environ 30% - ne seront toutefois pas accessibles dans les premières semaines et mois, comme la sculpture française du Moyen-âge et de la Renaissance ou les arts d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques.

Seule exposition temporaire: dans la Petite Galerie, "Figure d'artiste", qui était là avant le confinement, a été prolongée.

La saison qui devait être consacrée aux génies de la Renaissance au printemps, après le succès du blockbuster Léonard de Vinci, a été reportée. 

Il faudra désormais attendre octobre pour ces deux grandes expositions, "Le Corps et l'âme. De Donatello à Michel-Ange" et Albrecht Altdorfer, maître de la Renaissance allemande. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.