Le prix Vialatte attribué à Jean Rolin pour "Le traquet kurde"

Le prix Vialatte attribué à Jean Rolin pour "Le traquet kurde"
L'écrivain français Jean Rolin à Los Angeles (Californie), le 18 mai 2010
A lire aussi

AFP, publié le jeudi 05 avril 2018 à 17h31

Le prix Vialatte, récompense littéraire créé par le groupe La Montagne/Centre France en hommage à l'écrivain et traducteur de Kafka, a été décerné jeudi à Jean Rolin pour "Le traquet kurde" (P.O.L), roman où il est autant question d'ornithologie que de la situation au Moyen-Orient.

Paru en janvier, ce court roman (176 pages) est toujours en lice pour le prix du Livre Inter qui sera attribué le 4 juin.

Le fait que le prix Vialatte soit décerné à Clermont-Ferrand, au cours d'une cérémonie qui aura lieu vendredi, n'est peut-être pas étranger au choix du jury (dans lequel figure notamment le PDG de l'AFP, Emmanuel Hoog). 

En effet, le roman commence dans le Puy-de-Dôme. Au printemps 2015, un spécimen de cet oiseau originaire du Kurdistan a été aperçu et identifié dans ce département du centre de la France. C'était quelques semaines après la bataille de Kobané, dans le nord de la Syrie, quand les troupes kurdes du PKK réussirent à repousser les troupes du groupe État islamique hors de la ville.

Écrivain-voyageur (même s'il s'en défend), Jean Rolin s'interroge sur les pérégrinations de cet oiseau en principe introuvable en France. Grâce au romancier, voilà le lecteur entrainé de l'Auvergne à Mossoul en passant par Dakar et la Mauritanie sans oublier un détour du côté des collections du British Museum. 

En fait, c'est bien une leçon de géopolitique que livre le romancier dans ce récit baigné d'une légère ironie et d'une grande mélancolie. "La relation qu'entretient l'ornithologie avec la guerre, l'espionnage ou la diplomatie est illustrée par de nombreux exemples", rappelle l'écrivain à ceux qui en douteraient. 

Jean Rolin se rend évidemment au Kurdistan pour poursuivre son enquête. Sur les flancs de la montagne Nemrut Dag (où se trouve le tombeau d'Antiochos), un traquet kurde se pose presque à ses pieds... comme si le passereau voulait le saluer.

Lancé en 2011, le prix Vialatte est doté de 6.105 euros, "soit la somme de la longueur du fleuve Congo (4.640 kilomètres) et de la hauteur du Puy de Dôme (1.465 mètres)", symbole du parcours de l'auteur auvergnat des "Fruits du Congo".

L'an dernier, le prix avait récompensé Eric Vuillard pour "14 juillet" (Actes Sud).

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.