Le Mondial joue les prolongations aux Vieilles Charrues

Chargement en cours
Une fan de l'équipe française de football enveloppée dans le drapeau national lors sur l'édition 2018 des Vieilles Charrues de Carhaix (Finistère), le 21 juillet 2018
Une fan de l'équipe française de football enveloppée dans le drapeau national lors sur l'édition 2018 des Vieilles Charrues de Carhaix (Finistère), le 21 juillet 2018
1/3
© AFP, Fred TANNEAU
A lire aussi

AFP, publié le samedi 21 juillet 2018 à 21h34

Marseillaise entre les concerts, perruques et drapeaux tricolores, maillots bleus, chants à la gloire des joueurs de l'équipe de France... Un air de Mondial flotte résolument sur l'édition 2018 des Vieilles Charrues de Carhaix (Finistère).

Le score de la finale France-Croatie inscrit au feutre rouge sur chaque jambe, Olivier, 21 ans, fait partie de ces fans de foot qui refusent de voir l'ambiance du Mondial s'arrêter après la victoire.

Comme des centaines d'autres festivaliers, il a planté sa tente au camping des Vieilles Charrues, où il n'est pas rare de voir le drapeau tricolore accroché. "Dès le matin, on chante dans les tentes +On est les champions!+ Filles, garçons, tout le monde chante, c'est super", s'amuse le jeune homme venu de Saint-Brieuc et qui suit une formation de commerce en alternance.

Une parade improvisée d'une vingtaine de personnes défile entre les tentes jusqu'à une grande esplanade, derrière un festivalier qui porte un ampli sur le dos. Les chanteurs entonnent alors le très classique "I Will Survive" de Gloria Gaynor.

Sur une petite butte, un groupe de jeunes portant le maillot bleu interpelle les campeurs en chantant. "On passe aussi dans les tentes", lance Yohann, 21 ans. "C'est la deuxième étoile, on est fiers d'être français".

Le soir, sur le site du festival, les groupes de festivaliers se relaient aux buvettes pour chanter les chansons à la gloire de Benjamin Pavard, Samuel Umtiti ou N'Golo Kanté. "Dès qu'il y a des petits groupes, il y a forcément des chants ou des vagues sur l'équipe de France", note Yohann.  

Interrogé sur cette ambiance mi-musique mi-footballistique, le directeur du festival Jérôme Tréhorel ne se dit "pas surpris". "On a un public très joueur, très fêtard, qui aime partager des moments d'émotion, comme lors de la précédente victoire des Bleus en 1998", raconte-t-il, soulignant que les Vieilles Charrues sont "le premier gros événement en France après la fin de la Coupe du monde". 

-"vraie communion"-

"Je ne pensais pas que cette ambiance allait encore durer une semaine après", avoue Léo, qui porte un énorme drapeau tricolore pendant les concerts.

Lena et Constance, 17 ans, qui viennent de décrocher leur Bac et arrivent de Brest, arborent toutes les deux trois traits tricolores sur chaque joue et de part et d'autre de la poitrine. 

"Ca a chanté toute la nuit au camping et ça chante entre les concerts, on est toujours dans l'ambiance du retour du Mondial, il y a une vraie communion, tout le monde est encore très heureux. Le Mondial plus les Charrues, ça fait vraiment une super ambiance!", relève Constance, qui a chanté la veille "une dizaine de fois chaque chant à la gloire des joueurs".

Lucas et ses amis ont eux prévu "trois maillots de l'équipe de France pour trois jours de festival": un maillot de Mbappé pour cette année, un maillot de 1998 et un de 2016. "C'est une technique de drague, rigole le jeune homme de 23 ans, qui travaille dans la banque. Quand il y a une étoile et qu'une fille me demande pourquoi il n'y en a pas deux, je lui dis que ma deuxième étoile c'est elle".

Sur scène, certains artistes se laissent prendre au jeu, comme IAM, qui a scandé vendredi "Une étoile, deux étoiles" et chanté "On est les champions!". Le rappeur Rilès s'est lui prêté à une session de claps. "C'est spontané, ça part du public et les artistes suivent", souligne Riwan, 21 ans.

"La dernière fois qu'on avait chanté la Marseillaise aux Charrues, c'était après l'attentat de Nice qui s'était produit pendant le festival", rappelle Jérôme Tréhorel. "C'était un chant de lutte et de résistance, aujourd'hui c'est quand même plus sympa".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU