Laeticia Hallyday : «On me vole mon deuil, on me roue de coups»

Laeticia Hallyday  : «On me vole mon deuil, on me roue de coups»

Laeticia Hallyday sort de son silence. (Archives)

A lire aussi

leparisien.fr, publié le mercredi 11 avril 2018 à 23h07

Laeticia Hallyday s'explique pour la première fois dans «Le Point», à la veille d'une décision de justice attendue ce vendredi.

Elle ne devait pas parler avant que le tribunal d'instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) ne rende sa décision, vendredi après-midi, dans la procédure en référé déposée par David Hallyday et Laura Smet, pour geler le patrimoine de son mari, et obtenir un droit de regard sur son dernier album. Finalement, pour la première fois depuis la mort de Johnny le 5 décembre, Laeticia Hallyday sort de son silence et s'exprime dans «Le Point». 14 pages pendant lesquelles elle se livre entre tristesse et combativité, ne mâchant pas ses mots sur Laura et David, mais leur tendant la main. Extraits choisis.

La rencontre a eu lieu à Los Angeles, début avril. Pendant deux heures et demie parfois ponctuées par des larmes. «Je vis un moment dur. Très dur, même, avoue Laeticia Hallyday. Le monde continue de tourner alors que le mien s'est arrêté. C'est difficile de réapprendre à vivre sans Johnny. J'ai passé plus de la moitié de ma vie avec lui. Je l'ai connu alors que j'allais avoir 20 ans. J'en ai 43. Heureusement, il y a mes filles. Elles sont incroyables ! Elles sont plus résilientes que moi !»

Elle dit d'ailleurs avoir «beaucoup d'empathie pour la souffrance de David et Laura». «Elle est bien réelle. Ils ont souffert du manque de leur père. Leur enfance a été compliquée. En même temps, moi, cela ne m'appartient pas. C'était avant que je rencontre mon mari et je ne suis pas responsable de tout cela. J'ai même beaucoup œuvré pour les rassembler.»

Elle reproche aux deux ainés de Johnny d'avoir souvent refusé la main tendue.À la Madeleine : « Je leur ai proposé d'assister à tout, mais ils n'ont pas souhaité fermer le cercueil avec moi. Ils n'ont pas voulu descendre les Champs-Elysées avec moi. Ils ont pris des avocats pour faire passer leurs souhaits pour la célébration. J'ai trouvé ça tellement étrange ! Ils ne voulaient pas d'obsèques nationales. Ils voulaient une cérémonie intime. Je mettais ça sur le besoin de se réapproprier leur père. »

«Après qu'ils ont appris que leur père était malade, David a attendu six mois pour venir et Laura, quatre, dit-elle plus loin. Mais je ne veux pas les juger, vous savez : ils avaient sans doute leurs raisons. Peut-être même qu'ils avaient peur.» Elle les accuse aussi de ne pas avoir tenu leurs promesses. «Après l'enterrement, David et Laura ont promis à mes filles de les protéger, d'être là pour elles, de les appeler à Noël, de venir nous voir en février à Los Angeles (...) Rien de tout cela ne s'est produit et on a fini, mes filles et moi, assignées par mes beaux-enfants ! Jade et Joy en souffrent aujourd'hui. Elles réclament des nouvelles de leur frère et de leur sœur.»

«Je vis un moment très dur»«Il n'était pas facile de se parler dans cette famille». Laeticia Hallyday explique Johnny n'avait jamais parlé de son testament à David et Laura. «Il ne partageait pas ce genre de choses. Ce n'était pas facile de se parler dans cette famille. Dire «je t'aime», par exemple. Mon mari avait de la pudeur, de la timidité. Et il fuyait les conflits. Sans compter la culpabilité de ne pas avoir été un père présent dans leur enfance. Il n'a jamais trouvé les moments et les mots pour le dire. Eux non plus, d'ailleurs.»

La veuve de Johnny assure aussi qu'elle voulait régler la succession «en famille». «L'ouverture du testament aurait dû être faite ensemble, mais ils ont refusé de venir. Mon mari avait prévu un certain nombre de choses, dont on aurait très bien pu discuter sereinement. À la place, j'ai reçu des courriers avec accusé de réception en France, là où David et Laura savent très bien que nous ne vivons pas. Des lettres d'avocats, très dures, caricaturales, qu'ils n'auraient jamais écrites eux-mêmes. Je n'ai reçu aucun appel, aucun autre signe d'eux. Ils ont fait un choix.»

«Je serai, un jour, prête à pardonner». «Je les attends à bras ouverts. On est une famille ! Je ne demande que la paix, mais qu'on respecte la mémoire de mon mari ! Comprenez-moi : je serai, un jour, prête à pardonner. J'ai beaucoup pardonné dans ma vie, mais il faut aussi fixer les limites. On me vole mon deuil. On me roue de coups. On nous assigne, mes filles et moi, en précisant bien que nos enfants sont des «enfants adoptées». Et l'un de leurs avocats reconnaît même qu'ils font ça exprès, pour me faire craquer. C'est d'une violence ! (...) J'ai donné beaucoup d'amour aux premiers enfants de mon mari. Beaucoup de bienveillance, de compréhension. Et, quand ils avaient besoin d'obtenir quelque chose de leur père, ils passaient souvent par moi.»

«Il n'y a pas de clan Boudou». «C'est un fantasme monté de toutes pièces », attaque Laeticia Hallyday, qui s'étrangle lorsque les avocats de David Hallyday l'appellent madame Boudou : «C'est terrible. Mon mari aurait pu tuer pour cela. » Elle ne parle guère de son père - « les liens se sont distendues » - mais dédouane son frère Grégory : « Tous les mois, Johnny plaçait de l'argent pour les études des filles. Il fallait quelqu'un pour s'assurer que tout se passe bien pour elles. C'est lui qui a pensé à mon frère. J'ai été très surprise de ce choix, car mon frère, c'est l'opposé de mon mari. Il ne boit pas, il n'a aucune folie dans sa vie. Il n'est pas très rock ! Mon mari m'a dit : « Il se lève le matin, c'est un type normal. C'est lui qui doit s'occuper des enfants s'il nous arrive quelque chose. » Maintenant, la question ne se pose plus puisque mon homme n'est plus et que je suis encore là. Mon frère n'est plus concerné. »

«Un album vraiment rock, un album qui lui ressemble». Parmi les points de friction entre Laeticia et les enfants biologiques de Johnny, ce dernier album enregistré par le chanteur, qui serait donc très rock, mais n'est toujours pas sorti. David Hallyday et Laura Smet réclament l'écoute de l'album finalisé et un droit de regard. « David et Laura essaient de le bloquer pour de mauvaises raisons. C'est l'album de la survie. Il s'y est raccroché. Il ne s'est jamais autant impliqué. Dans cet album, il y a beaucoup de ce qu'il a voulu dire avant de partir, y compris ce qu'il n'avait pas dit. On y découvre le cœur d'un homme, de mon homme. » Laeticia rétorque qu'ils ont déjà écouté « la plupart » des chansons. Mais elle ajoute qu'on peut « leur refaire écouter à la maison, en famille, évidemment. Mais hors caméras et hors avocats ».

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.