L'exposition sur Michael Jackson ouvre en Finlande malgré les controverses

L'exposition sur Michael Jackson ouvre en Finlande malgré les controverses
Portraits de Michael Jackson par l'artiste américain Andy Warhol, exposés à la National Portrait Gallery de Londres le 27 juin 2018 dans le cadre de l'exposition "Michael Jackson: On the Wall"

AFP, publié le mardi 20 août 2019 à 18h16

Une exposition d'art inspirée par Michael Jackson a ouvert mardi à Helsinki, ses organisateurs assurant qu'il ne s'agissait pas de "glorifier" le chanteur, toujours poursuivi par des allégations d'agressions sexuelles, dix ans après sa mort. 

"Michael Jackson : On the Wall" rassemble des oeuvres d'art anciennes et inédites qui représentent le roi de la pop et son impact sur la culture populaire réalisées par des artistes comme Andy Warhol, le photographe américain David LaChapelle et le céramiste britannique Grayson Perry.

L'exposition riche de 90 oeuvres a d'abord été présentée en 2018 à la National Portrait Gallery de Londres, où elle a été très bien accueillie par la critique. Elle a ensuite tourné à Paris, Bonn (Allemagne) et maintenant Helsinki en Finlande.

Les expositions allemande et finlandaise ont lieu après une nouvelle série d'accusations visant Michael Jackson. 

Dans un documentaire choc diffusé au début de l'année par la chaîne de télévision américaine HBO, "Leaving Neverland", deux hommes disent avoir été victimes d'agressions sexuelles répétées de la part de la star lorsqu'ils étaient enfants, dans sa propriété fantasmagorique à quelques heures de Los Angeles.

Les organisateurs ont toutefois déclaré que l'exposition serait présentée dans la capitale finlandaise "comme prévu" et serait introduite par un texte expliquant que "des débats en cours peuvent avoir modifié la façon dont l'exposition peut être interprétée". 

"Nous ne pouvons pas nous dérober devant ces sujets difficiles et nous condamnons bien sûr tout type d'agression sexuelle", a déclaré à l'AFP la conservatrice en chef du Musée d'art moderne d'Espoo, Arja Miller. 

"Mais nous voulons fournir un espace de discussions libres où les artistes peuvent s'exprimer", a-t-elle ajouté. "Cette exposition et ces artistes ne glorifient pas Michael Jackson mais analysent son importance dans notre culture".

Selon Arja Miller, certains organismes préoccupés par ces controverses ont refusé de parrainer l'exposition, sans l'avoir vue. 

"Je suis persuadée que s'ils avaient vu l'exposition, ils auraient accepté d'être nos partenaires, car elle montre des oeuvres très variées", a-t-elle déclaré à l'AFP. 

Nombre des oeuvres inspirées par Michael Jackson jouent avec le tapageur et le grotesque, comme la statue dorée géante de la superstar avec son chimpanzé domestique, Bubbles, créée par Paul McCarthy, et le portrait en taille réelle commandé à Kehinde Wiley par Michael Jackson peu avant sa mort en 2009 et qui le met en scène à cheval, en armure rutilante et entouré d'angelots. 

Pour l'artiste roumain Dan Mihaltianu, qui s'est intéressé à l'influence du chanteur dans le Bucarest post-communiste, Michael Jackson "restera toujours une icône, il est impossible de le faire disparaître". "Dix ans après sa mort, on aborde son histoire d'une autre manière". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.