Kaws et ses personnages populaires entrent au musée

Chargement en cours
Les personnages Companion de Kaws au Brooklyn Museum
Les personnages Companion de Kaws au Brooklyn Museum
1/3
© AFP, Angela Weiss

, publié le vendredi 26 février 2021 à 15h49

Ses personnages à tête de mort stylisée ont déjà fait le tour du monde, d'installations géantes en produits dérivés. Après 25 ans de carrière, l'artiste américain Kaws arrive dans un grand musée, avec une rétrospective au Brooklyn Museum.

"Kaws: What Party", exposition qui s'ouvre ce vendredi et visible jusqu'au 5 septembre, retrace le parcours artistique de Brian Donnelly, 46 ans aujourd'hui, ex-graffeur devenu peintre, sculpteur et plasticien.

Bien qu'exposé par de nombreuses galeries et plusieurs musées de par le monde, l'artiste n'avait encore jamais eu droit à une rétrospective dans un musée de premier plan.

En vedette, les deux anti-héros de Kaws, Companion et Chum, aux visages inspirés de la tête de mort des drapeaux pirate. L'un, Companion, a un corps et un short qui rappellent Mickey Mouse, l'autre, Chum, le bibendum Michelin.

Repris dans des tableaux, en sculpture ou en vidéo, ils incarnent l'essence du travail de Kaws, entre "solitude, mélancolie et camaraderie. Qui n'a jamais ressenti ces sentiments au moins une fois dans sa vie?", interroge Joan Robledo-Palop, dont la galerie new-yorkaise, Zeit Contemporary Art, a vendu près de 100 oeuvres de Brian Donnelly ces dernières années.

Le quadragénaire à l'éternelle casquette, qui n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP, ne donne que très peu de clefs de lecture de son oeuvre.

Pour la conservatrice de l'exposition, Eugenie Tsai, Kaws s'inscrit dans une dualité, entre la légèreté apparente de ses personnages et leur côté obscur. "Ca nous parle à tous", dit-elle, en particulier en cette période de pandémie. "Tout ne peut pas être amusant tout le temps."

- Warhol 2.0 -

Critiqué pour sa superficialité supposée par une partie du monde de l'art, Kaws a pourtant, très tôt, trouvé son public, dans les galeries, chez les célébrités, avant de conquérir une audience plus large.

En Asie d'abord, au Japon en particulier, puis en Occident, où il a intégré les collections du producteur musical Pharrell Williams et du rappeur Jay-Z.  

Eugenie Tsai voit dans sa démarche artistique une filiation avec le peintre new-yorkais Keith Haring, que Brian Donnelly évoque souvent comme une référence.

"Pas tant le Haring militant", dit-elle, "mais celui qui voulait toucher un public très large, rendre son art accessible aux jeunes sans moyens comme aux collectionneurs plus âgés".

En avril 2019, le tableau "The Kaws Album", qui conviait à la fois les Simpson du dessin animé du même nom et les Beatles, s'est vendu 14,7 millions de dollars à Hong Kong, un record.

La même année, celui qui graffait jadis sur des trains à Jersey City a collaboré avec l'enseigne de prêt-à-porter japonaise Uniqlo pour une mini-collection, avec des pièces à 15 dollars.

Pour Joan Robledo-Palop, Kaws "a un lien avec le Pop art et l'idée que l'art peut être un projet entrepreneurial". "Le brouillage des repères entre l'oeuvre d'art et la marchandise, on le doit à Andy Warhol. Kaws a perfectionné le projet warholien pour l'amener à de nouvelles hauteurs au XXIe siècle."

Pas de filiation, en revanche, selon Eugenie Tsai, avec Jeff Koons, un autre plasticien, lui aussi artiste multi-support amateur d'oeuvres aux formes ludiques, chiens, lapins ou serpents. 

"Il y a une ressemblance en surface", dit-elle, "mais pour moi, ce sont deux artistes profondément différents. Kaws est humaniste, (...) son travail est tourné vers les relations humaines", alors que celui de Jeff Koons "écarte la part humaine".

Ces dernières années, Brian Donnelly s'est résolument aventuré dans la peinture abstraite, non sans un trait d'union avec son oeuvre plus figurative, à savoir ses couleurs vives et des éléments de ses personnages fétiches, déconstruits jusqu'à en être méconnaissables.

"Le but d'une exposition de milieu de carrière, c'est de rééxaminer l'oeuvre d'un artiste", estime Joan Robledo-Palop. La rétrospective du Brooklyn Museum est "une belle occasion de découvrir la cohérence et le talent de l'artiste."

Grâce à cette présentation, le galeriste espère que "certaines personnes qui étaient critiques de Kaws le verront d'un oeil différent".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.