Johan Creten: «Je revendique la beauté comme lubrifiant»

Johan Creten: «Je revendique la beauté comme lubrifiant»

Johan Creten dans son atelier parisien, le 25 janvier.

A lire aussi

Libération, publié le dimanche 04 février 2018 à 19h56

Femmes-bouquets de roses aux allures de rochers colonisés par les moules, poulpes à la peau d'un grès brillant de sève libidinale, les œuvres de l'artiste Johan Creten - étranges figures à l'épiderme de terre cuite et aux mille sens cachés - attirent et inquiètent. Depuis plus de vingt ans maintenant, l'artiste donne ses lettres de noblesse aristo-punk à la pratique de la céramique qui longtemps fut considérée uniquement comme relevant de l'artisanat. Out la réputation passéiste ! Le sculpteur flamand est l'un des pionniers du renouveau de ce matériau en art contemporain. Il accueille Libération dans son atelier à Paris - le plus cosy -, où il sort généralement de petites épreuves de ses créatures en devenir (il travaille également dans un atelier de céramique à…

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
0 commentaire - Johan Creten: «Je revendique la beauté comme lubrifiant»
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]