Inde: un suspect arrêté après le meurtre d'un journaliste enquêtant sur "la mafia du sable"

Inde: un suspect arrêté après le meurtre d'un journaliste enquêtant sur "la mafia du sable"

Des ouvriers en Inde utilisent des bateaux pour transporter du sable prélevé sur les rives de la Yamuna à Allahabad, le 16 mars 2018

AFP, publié le mardi 27 mars 2018 à 11h26

La police indienne a annoncé mardi l'arrestation d'un chauffeur soupçonné d'avoir renversé délibérément et tué un journaliste qui enquêtait sur "la mafia du sable" prélevé illégalement pour nourrir l'industrie du bâtiment en pleine croissance.

Le journaliste de télévision Sandeep Sharma, 35 ans, a été tué par un camion alors qu'il roulait à moto lundi à Bhind, dans l'Etat central du Madhya Pradesh. La police de Bhind n'a pas fourni de précisions sur l'identité de l'homme arrêté. 

D'après la presse, le journaliste avait fait savoir aux autorités locales qu'il craignait d'être la cible des gangs qui trafiquent le sable pour l'industrie du BTP.

Cette industrie est en pleine croissance du fait de l'augmentation de la population urbaine. Un marché noir est né, les réseaux criminels prélevant illégalement du sable, surnommé "l'or indien", sur les côtes, dans des réserves marines et de la faune sauvage et provoquant souvent des dégâts environnementaux importants.

Le groupe Reporters sans Frontières a relevé que les journalistes traitant de ce sujet "sont souvent les victimes de violentes représailles", en particulier dans l'Etat septentrional d'Uttar Pradesh.

"La manière choquante dont Sandeep Sharma a été tué représente un avertissement terrible aux journalistes qui enquêtent sur la mafia qui extrait le sable", a dit l'association dans un communiqué.

D'après RSF, deux journalistes couvrant ce sujet ont été tués en 2016 dans cet Etat.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.