Inde: deux journalistes tués en 24 heures

Inde: deux journalistes tués en 24 heures

Des journalistes indiens manifestent près du Parlement, le 26 mars 2018 à New Delhi, après une agression contre deux femmes journalistes la semaine dernière qui aurait été commise par la police

AFP, publié le lundi 26 mars 2018 à 17h13

Deux journalistes ont été tués en Inde en vingt-quatre heures lors de deux incidents distincts, mettant en évidence la dangerosité du pays pour les représentants de la presse, a indiqué la police lundi.

La police a arrêté lundi un ancien responsable villageois dans l'Etat du Bihar (nord-est), accusé d'avoir écrasé et tué Navin Nischal, journaliste pour le Dainik Bhaskar, un important journal en langue hindie.

Toujours selon la police, cette arrestation est intervenue à la suite d'un dépôt de plainte du frère de Navin Nischal.

"Il a déclaré qu'il s'agissait d'un meurtre car (Navin Nischal) s'était querellé hier (dimanche) avec l'ancien chef villageois", a expliqué à l'AFP un responsable de la police de Bhojpur, Avkash Kumar.

L'incident s'est produit dimanche à Bhojpur, à une cinquantaine de kilomètres de Patna, la capitale du Bihar.

Le journaliste de télévision Sandeep Sharma a été pour sa part fauché par un camion dans l'Etat du Madhya Pradesh, dans le centre du pays.

Sandeep Sharma, 35 ans, enquêtait sur un trafic de sable pour une chaîne de télévision.

Selon l'agence Press Trust of India, le journaliste avait indiqué à "l'administration du district qu'il craignait d'être tué par la +mafia du sable+", a indiqué son neveu, Vikas Purhoit, dans un dépôt de plainte à la police.

Des images de CCTV circulant abondamment sur les réseaux sociaux montrent l'incident, Sharma marchant sur le côté de la route, dans le district de Bhind, à 300 miles de Bhopal, avant qu'un camion ne l'écrase.

Selon les médias, Sharma avait mis à jour les liens existant entre un responsable de la police et des trafiquants exerçant leurs activités dans le domaine du sable.

Trois journalistes ont été tués en Inde en 2017.

Les journalistes dans le pays sont souvent confrontés à des actes de harcèlement, des contentieux artificiels ou des actes d'intimidation émanant de la police, de politiques ou de bandes criminelles. Beaucoup travaillent dans des conditions hostiles dans des zones de conflit.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Inde: deux journalistes tués en 24 heures
  • être témoins de faits inadmissibles est extrêmement dangereux: Les malchanceux l'on payé de leur vie! condoléances aux familles! l