Griveaux défend en même temps le travail d'investigation et une plainte du ministère de la Culture

Griveaux défend en même temps le travail d'investigation et une plainte du ministère de la Culture

Le nouveau porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, lors d'un point presse à l'issue d'un conseil des ministres, le 27 novembre 2017

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 29 novembre 2017 à 11h34

Le nouveau porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a défendu mercredi la présence d'émissions d'investigations "absolument indispensables pour notre démocratie", tout en défendant la plainte déposée par le ministère de la Culture contre la publication de documents de travail dans Le Monde.

M. Griveaux était interrogé sur RMC et BFMTV sur la situation au sein de France Télévisions, qui a annoncé mardi, après une forte mobilisation de la rédaction, que la diffusion des magazines d'investigation "Envoyé spécial" et "Complément d'enquête" serait finalement préservée, même s'ils n'échapperont pas aux coupes budgétaires en 2018.

"Je suis pour, et je l'ai toujours été, que l'investigation puisse se faire dans la presse écrite comme sur les médias radiophoniques ou télévisuels", a réagi M. Griveaux.

"Je trouve par exemple que les Panama Papers, c'est un travail utile de transparence qui est fait pour notre démocratie absolument indispensable. Donc vous ne me trouverez jamais derrière les censeurs, jamais derrière la police de la pensée, il est heureux et il est souhaitable que des émissions d'investigation puissent faire leur travail", a poursuivi le porte-parole du gouvernement.

"On est aujourd'hui dans une hyper-démocratie, je suis content qu'on ait des médias qui permettent de débattre démocratiquement dans notre pays", a-t-il dit.

M. Griveaux a en revanche défendu la plainte annoncée par la ministre de la Culture Françoise Nyssen après la publication par Le Monde d'éléments d'un document interne contenant des pistes de travail pour réformer l'audiovisuel public. Le ministre du Travail avait déjà porté plainte ne juin contre Libération pour des motifs similaires.

"Ce qui est inquiétant, c'est que quand vous êtes dans votre équipe, et quand vous faites votre conf' de rédac ici le matin, si les documents que vous avez, vous les retrouvez demain matin dans la presse, dans le journal ou sur internet avec vos notes personnelles, c'est assez désagréable. Donc il faut qu'on puisse travailler en confiance, les ministres avec leur administration et leur cabinet", a-t-il argumenté.

"C'était un document de travail qui est sorti. Il n'est pas souhaitable, pour le coup, qu'un document de travail circule parce qu'il faut que le débat se fasse quand les termes ont été adoptés par le gouvernement, et c'est ça qu'on met sur la place publique, pas des documents de travail", a insisté M. Griveaux.

 
7 commentaires - Griveaux défend en même temps le travail d'investigation et une plainte du ministère de la Culture
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]