France Télévisions: appel à la grève contre un licenciement contesté

France Télévisions: appel à la grève contre un licenciement contesté

Le siège de France Télévisions,le 4 septembre 2017 à Paris

A lire aussi

AFP, publié le lundi 26 mars 2018 à 19h01

Les syndicats SNJ, CFDT, CGT et FO de France Télévisions ont déposé un préavis de grève pour le mercredi 4 avril, afin que le groupe revienne sur le licenciement d'un journaliste de France 3, ont-ils annoncé lundi.

Ces quatre organisations appellent tous les salariés du groupe public à cesser le travail ce jour là, pour que "la direction annule le licenciement prononcé contre Jean-Marc Pitte" en février, selon un communiqué publié lundi.

D'après ces syndicats, M. Pitte, ancien président de la Société des journalistes de la rédaction nationale de France 3 et qui était affecté à France 3 Rouen, a été licencié sans "motifs valables", les "ubuesques" raisons invoquées étant une "entorse supposée au Code de la route puisque sans contravention", accompagnée d'une "controverse avec son rédacteur en chef".

Ces quatre organisations syndicales estiment en outre que ce licenciement a "mis au jour la soumission intolérable de la direction à des pressions politiques locales".

Interrogée par l'AFP, la direction de France Télévisions n'a pas fait de commentaires.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
8 commentaires - France Télévisions: appel à la grève contre un licenciement contesté
  • ils peuvent faire grevé aucun inconvénient pour moi

  • - licencié sans "motifs valables" -
    Mais avec la nouvelle loi travail, .... maintenant on peu !!

  • avatar
    memoire_solide  (privé) -

    Bah, ils ne nous déverseront pas leur bouillie.

  • Tous les licenciements sont contestés et contestables .Ils sont comme les autres qui sont licenciés sans soutien des journalistes .

  • Tous les licenciements sont contestés et contestables .