Fiac: 72.500 entrées cette année, affluence globalement stable

Fiac: 72.500 entrées cette année, affluence globalement stable
Des visiteurs lors de Foire internationale d'art contemporain (Fiac) au Grand Palais à Paris, le 17 octobre 2018

AFP, publié le lundi 22 octobre 2018 à 18h02

Avec 72.500 entrées, la 45e édition de la Foire internationale d'art contemporain (Fiac) qui s'est achevée dimanche confirme, malgré une très légère baisse du nombre de visiteurs (73.910 l'an dernier), un marché de l'art solide et dynamique, selon les organisateurs.

Cette baisse est due au fait que la durée d'ouverture au public a été réduite, deux heures supplémentaires ayant été réservées pour les collectionneurs, selon la Fiac

Les experts ont constaté un rajeunissement des visiteurs et la présence de nombreux artistes sur les 195 stands de 27 pays. Malgré une grille de tarifs dégressive favorable aux moyennes galeries, les grandes galeries françaises -- Perrotin, Templon, Vallois, notamment -- ou nord-américaines -- Gagosian, Van de Weghe, David Zwirner, entre autres -- ont continué d'être dominantes.

"Les galeries dans leur quasi-totalité évoquent une Fiac particulièrement réussie tant sur le plan des ventes que sur l'expérience vécue", s'est félicitée Jennifer Flay, directrice de la manifestation.

"Aussi bien les artistes que les marchands étaient d'accord pour calmer les prix. Ils renouent ainsi avec la grande tradition où les prix du premier marché (notamment à l'occasion des foires) doivent être inférieurs au second marché des ventes publiques", a expliqué à l'AFP Thierry Ehrmann, président de Artprice, leader mondial des banques de données sur la cotation de l'art.

Une bonne vingtaine de "solo shows" et une dizaine de duos ont marqué cette édition au sein du Grand Palais. Des œuvres ont été exposées aux Tuileries. Mais l'offre est restée disparate, les œuvres majeures étant parfois reléguées au second plan par des oeuvres kitchs ou conceptuelles.

La foire a attiré un nombre accru de collectionneurs américains, asiatiques et sud-américains.

Il fallait payer 650 euros au m2 en moyenne pour être sous la nef, au centre du Grand Palais, et 550 euros/m2 dans le secteur moins cher, à l'étage. 

Des voix critiques ont dénoncé l'abstraction formaliste, l'art conceptuel, la figuration kitsch, des propositions lisses et désincarnées.

Selon l'écrivain et critique d'art Olivier Kaeppelin, "l'effervescence de la Fiac" est positive parce qu'elle permet de détecter de nouveaux talents et des "têtes chercheuses". Mais "ce qui pose profondément problème est la survalorisation du marché", qui occulte les travaux d'artistes intéressants et écarte certaines galeries qui ne sont plus à la Fiac car elles ne sont plus "fashion".

"On voit une sorte d'affaissement de la création, quand coût et valeur sont confondus, quand l'œuvre d'art, immatérielle, est ramenée à un objet, à n'importe quel objet, comme par exemple une voiture de course", a-t-il affirmé à l'AFP.

A côté de la Fiac, les foires "off" suscitent un intérêt croissant: Art Elysées, Paris internationale, Outsider Art Fair, YIA (ex-Young international Art fair), Asia Now... Cette dernière a refermé ses portes avec 20% de hausse par rapport à l'édition précédente.

La prochaine FIAC se tiendra du 17 au 20 otobre 2019 au Grand Palais. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.