Festival de Deauville: un film dénonce une traite des Amérindiennes

Festival de Deauville: un film dénonce une traite des Amérindiennes
Kali Reis, actrice principale et co-scénariste du film, en compétition au festival de cinéma de Deauville, le 8 septembre 2021
A lire aussi

publié le mercredi 08 septembre 2021 à 20h21

Une actrice et boxeuse internationale d'origine amérindienne a présenté mercredi au festival de Deauville, un film qui dénonce une traite des Amérindiennes aux Etats-Unis, "Cath the fair one".

"Nous avons voulu faire la lumière sur ce qui arrive tous les jours aux Amérindiens (...), les disparitions et les meurtres de femmes indigènes qui rongent mon peuple depuis l'aube de la colonisation", a déclaré l'actrice principale et co-scénariste du film Kali Reis, qui est aussi une boxeuse de renommée mondiale.

Ce thriller, qui fait partie des 13 films en compétition au festival du cinéma américain de Deauville (Nord), doit sortir prochainement en France à une date qui n'a pas encore été fixée.

Kaylee, 29 ans, est une boxeuse connue des amateurs de ce sport, malaimée par sa mère, et bouleversée par la disparition de sa petite sœur mineure Weeta. Elle ne tarde pas à s'apercevoir qu'elle a été enlevée par un vaste réseau de prostitution de toutes jeunes filles amérindiennes. Rongée par la culpabilité d'avoir laissé un jour sa petite sœur rentrer seule, elle décide d'infiltrer ce réseau pour la retrouver.

Malgré son âge de "grand-mère" aux yeux des proxénètes, elle découvre comment les jeunes filles sont droguées de force avant d'être transportées dans des camions et d'être proposées comme prostituées de façon codée sur internet.

"Nous avons fait des recherches sur le sujet pendant quatre ans. Nous avons combiné des articles, des reportages, des documentaires et Kali s'est rendue dans des réserves pour rencontrer des familles qui avaient perdu leurs proches", a précisé le réalisateur Josef Kubota Wladyka lors d'échanges avec le public.

"Nous avons voulu ce film comme une sorte d'allégorie de la violence contre les Amérindiens (...), comme un coup de poing à l'estomac qui vous oblige à vous asseoir pour réfléchir", a-t-il ajouté.

La boxe "est la représentation parfaite" de ce que le personnage "fait en dehors du ring" en infiltrant le réseau pour chercher sa sœur, a renchéri Kali Reis.

"Depuis 13 ans que je suis boxeuse professionnelle, ce que j'ai fait, c'est juste de faire ce que je peux pour faire prendre conscience de ce problème grave", a aussi expliqué la jeune femme métisse.

Difficile à traduire, le titre "Catch the fair one" signifie à la fois "si tu veux te battre, bats-toi contre quelqu'un de ton niveau", et "attrape la personne juste", sous-entendu "trouve Weeta".

La présidente du jury, l'actrice française Charlotte Gainsbourg, doit annoncer les lauréats samedi soir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.