En rock ou en tags, Wuhan revit sa fin du monde

Chargement en cours
Un graffeur dans un magasin de peintures pour graffitis, le 22 novembre 2020 à Wuhan, en Chine
Un graffeur dans un magasin de peintures pour graffitis, le 22 novembre 2020 à Wuhan, en Chine
1/3
© AFP, Hector RETAMAL

, publié le vendredi 04 décembre 2020 à 11h11

Avec sa tignasse, il a tout du "Cure" des années 1980. Tout aussi alternatif que le groupe anglais, Lu Yan résume dans le micro le destin de sa ville natale: "Virus à Wuhan. On est toujours vivants". 

Groupes pop, tagueurs ou même auteurs de BD, les artistes de Wuhan la rebelle ont trouvé l'inspiration dans les 76 jours que leur cité du centre de la Chine a passés en quarantaine, lorsqu'elle était la première victime mondiale du nouveau coronavirus.

Lu Yan est le chanteur du groupe Hardcore Raver in Tears, et sa chanson "WUHAN2020" a été écrite séparément par les membres du groupe lorsqu'ils étaient confinés en tout début d'année.

"J'ai cru que c'était la fin du monde", raconte Lu Yan à travers son masque, pendant une répétition en studio, un an après les premières contaminations détectées dans sa ville.

Pour la plupart des 11 millions d'habitants de la métropole des bords du Yangtsé, l'épidémie n'est déjà plus qu'un mauvais souvenir, même si la cité compte à elle seule la grande majorité des décès enregistrés en Chine (4.634 morts entre janvier et mai selon le bilan officiel). 

Mais Huang Bowen ne l'entend pas de cette oreille. Ce tagueur de 22 ans a passé le confinement à décorer les murs de sa ville, profitant de son laissez-passer de bénévole pour taquiner la bombe de peinture.

Un brin provocateur, le jeune homme a même choisi un sujet délicat pour le régime communiste: le visage de Li Wenliang, un médecin décédé du Covid en février après avoir été accusé par la police de propager des "rumeurs". Il n'avait fait qu'alerter des proches fin décembre sur l'émergence d'un mystérieux virus dans la ville.

Comme la plupart des oeuvres de Huang Bowen, ses hommages à Li Wenliang ont été promptement recouverts par la municipalité.

"Ca m'est égal: j'ai fait ce que je voulais et ça m'a suffi pour dire ce que j'avais à dire", résume l'artiste, occupé à peindre de nuit le caractère "espoir" dans un bâtiment abandonné, avec deux autres tagueurs.

Wuhan, berceau de la révolution de 1911 qui renversa l'empire chinois, garde une réputation de ville rebelle.

Mais elle est davantage considérée aujourd'hui comme le berceau du punk chinois. 

Lu Yan assure pourtant que l'épidémie a calmé la jeunesse wuhanaise: la musique de son groupe est devenue en tout cas nettement plus douce.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.