«En guerre» lasse

Libération, publié le mercredi 16 mai 2018 à 20h46

Avec son ouverture qui entrechoque Bertolt Brecht et barouf griffé BFM TV, le nouveau film de Stéphane Brizé affiche aussitôt la couleur et la mesure de son ambition quasi totalisante : concilier grand art altier et capture de la chimère du «réel», de la «vérité» ou de quelque autre bête mythologique de ce genre ; conjuguer (h)auteur de vue démiurgique et immersion en apnée dans le bouillonnement désordonné du monde contemporain, ses architectures sociales déréglées et la frénésie de ses images en vrac.

Camouflets. Après un détour par le romanesque anémié d'Une vie, le cinéaste retrouve Vincent Lindon, avec qui il avait déjà tourné à trois reprises et connu ses plus amples succès, dont surtout, en 2015, celui de la Loi du marché - un million d'entrées, une

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.