Élisabeth Lévy : « Quand la gauche est hégémonique, sa littérature est ennuyeuse à périr »

Élisabeth Lévy : « Quand la gauche est hégémonique, sa littérature est ennuyeuse à périr »©LEPOINT

LEPOINT, publié le dimanche 01 avril 2018 à 14h15

À LIVRES OUVERTS. Dantès, Valmont, « cette nouille de Julien Sorel », mais surtout Muray, la journaliste avoue ses passions de papier comme ses lacunes.

La patronne du journal Causeur, mensuel et site internet qui, selon elle, proposent « des points de vue en rupture avec le prêt-à-penser », appartient à l'espèce que certains esprits taquins ou pessimistes considèrent en voie de disparition : les journalistes lisant. L'entretien qu'elle a accordé au Point le prouve : le jour, la nuit, au lit, à son bureau, Élisabeth Lévy, estampillée « réac » mais certainement pas sectaire, nourrit sa verve en dévorant toutes sortes d'ouvrages des romans aux essais, y compris ceux de ses adversaires comme Edwy Plenel ou Claude Askolovitch. Mais dans sa bibliothèque, un auteur…

Lire la suite sur LEPOINT

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.