Dystopie, Black Lives Matter et identité de genre au menu d'Art Basel

Chargement en cours
Ben Bowling, fils de l'artiste guyano-britannique Frank Bowling, devant un tableau de son père exposé à la foire Art Basel, le 21 septembre 2021 en Suisse
Ben Bowling, fils de l'artiste guyano-britannique Frank Bowling, devant un tableau de son père exposé à la foire Art Basel, le 21 septembre 2021 en Suisse
1/5
© AFP, Fabrice COFFRINI

publié le samedi 25 septembre 2021 à 12h57

Art Basel, la grande foire de l'art contemporain, a rouvert ses portes au public en mettant en exergue la dystopie, Black Lives Matter et l'identité de genre, après son annulation l'an passé en raison de la crise sanitaire.

Cette grande foire qui se tient à Bâle, en Suisse, est avant tout un événement marchand, où les artistes et galeries viennent rencontrer de riches collectionneurs. Mais l'événement qui avait accueilli pas moins de 93.000 visiteurs en 2019 est également très couru des amateurs d'art qui viennent pour le simple plaisir des yeux.  

Pour soigner son image, la foire expose chaque année des oeuvres monumentales dans une section où sont regroupées les peintures, sculptures et installations destinées à être vendues à des musées et très grandes collections. 

Parmi les pièces phares figurent notamment une toile de l'artiste guyano-britannique Frank Bowling, une vaste peinture du britannique David Hockney ou encore une maison en pain du suisse Urs Fischer. 

Mais après plusieurs éditions dominées par des oeuvres politiques après l'élection de Donald Trump, puis par des oeuvres féministes dans le sillage du mouvement "Me Too", les 62 oeuvres monumentales présentées pour cette édition 2021 témoignent en filigrane des bouleversements qui ont secoué le monde pendant la pandémie.

  

- Vitraux pour bunker souterrain - 

L'artiste californien Lari Pittman notamment y présente un vaste ensemble de tableaux étroitement juxtaposés les uns à côté des autres qui se veut une sorte d'instantané d'une civilisation occidentale déchue. 

"C'est un cabinet de curiosités", a décrypté l'artiste lors d'un entretien avec l'AFP, mais avec des objets rassemblés par "un collectionneur venu d'un futur lointain", qui aurait retrouvé par exemple "des aiguilles pour antidépresseurs" dit-il en montrant une première toile, "des vues aériennes de districts sécurisés", poursuit-il en désignant une deuxième toile, "un signe autoroutier avertissant de risques de cannibalisme et encourageant à accélérer" sur une troisième, "des vitraux pour un bunker souterrain" sur la suivante...

"C'est assez sombre", reconnaît l'artiste qui aurait dû exposer son oeuvre avant la pandémie mais estime qu'elle trouve sa place dans cette édition.

"Nous sortons d'une période incroyablement dystopique au niveau mondial", juge l'Américain qui évoque aussi la situation politique aux Etats-Unis "au cours des quatre dernières années". 

Sur le principe de la juxtaposition, l'artiste américaine Carrie Mae Weems présente, elle, une série de toiles de toutes les tailles, intitulée "Repeating the obvious" (Répéter l'évidence) qui reproduisent chacune le visage flou d'un jeune afro-américain, illustrant les décès aux mains de la police qui à force de se répéter finissent par devenir des victimes sans visage.       

A l'extérieur de la halle d'exposition, le duo d'artistes dano-norvégien Elmgreen & Dragset a lui a placé une vieille Mercedes avec des plaques russes dans laquelle dorment deux hommes, lovés l'un contre l'autre, intitulé "The Outsiders" (les exclus).

Les deux mannequins de cire aux traits plus vrais que nature symbolisent deux travailleurs qui seraient venus installer la foire, "faire tout le travail dur qu'on ne voit pas", et dorment dans leur voiture faute de pouvoir s'offrir une chambre d'hôtel, a expliqué le duo d'artistes à l'AFP. 

"C'est aussi un travail sur l'intimité entre ces deux jeunes hommes, avec des plaques russes, parce qu'aujourd'hui il est très difficile de montrer cette forme d'intimité ouvertement à Moscou", ont-ils ajouté. 

Compte tenu des restrictions qui freinent encore les déplacements, les organisateurs ont pour cette édition prévu de nombreux événements en ligne, dont des promenades virtuelles à travers la foire. 

Elles permettent de découvrir les oeuvres exposées à travers les yeux d'un activiste de l'esthétique, d'une princesse ou encore avec une touche française, avec une visite menée entre autres par le fondateur de la maison de mode Zadig & Voltaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.