Dans un Liban en ruine, le Festival de Baalbek "défie les ténèbres"

Chargement en cours
Des artistes libanais lors d'une performance pour le Festival de Baalbek, diffusé en ligne le 9 juin 2021
Des artistes libanais lors d'une performance pour le Festival de Baalbek, diffusé en ligne le 9 juin 2021
1/2
© AFP, -

publié le vendredi 09 juillet 2021 à 21h51

Mêlant jazz, rap, hip-hop, musique électro et rock indé, le prestigieux Festival de Baalbek s'est tenu en ligne vendredi soir pour "défier les ténèbres" au Liban, se donnant pour mission de soutenir la jeune génération d'artistes dans ce pays en crise.

Au programme de cette soirée virtuelle, retransmise par les chaînes de télévision libanaises et sur les réseaux sociaux, une série de dix performances d'environ huit minutes, toutes filmées en juin par des réalisateurs libanais sur plusieurs sites archéologiques romains à travers la plaine de la Bekaa (est).

Le coup d'envoi a été donné avec d'époustouflantes images filmées au drone montrant les modestes ruines du petit temple d'Aïn Herché, posé sur une cime rocailleuse surplombant la Bekaa.

Venant briser le silence de la nature, les notes d'un oud se mêlent à la plainte lancinante d'un violon, avant que la voix grave de Ziyad Sahhab n'entame une ballade mélancolique en arabe.

Vient ensuite Hey Jude, le célèbre tube des Beatles, entonné a cappella sur les marches du temple de Jupiter à Baalbek par Beirut Vocal Point, la chorale de l'université américaine de Beyrouth, qui reprendra aussi Papaoutai du chanteur belge Stromae, ou encore Bint al-Chalabiya, de la diva arabe Fayrouz.

"Nous sommes en crise économique et sanitaire, nous voulions donner aux jeunes artistes libanais qui continuent à produire et à avoir de la créativité une plateforme pour qu'ils puissent montrer leur art", résume Nayla de Freige, présidente du festival fondé en 1956.

"L'autre message c'est d'offrir un moment de bonheur et de rêve (...) montrer cet autre visage du Liban, transformer la douleur en espoir", confie-t-elle à l'AFP.

L'événement intervient à moins d'un mois du funeste premier anniversaire de l'explosion au port de Beyrouth, le 4 août 2020, d'un entrepôt de nitrate d'ammonium, qui a fait plus de 200 morts et ravagé la moitié de la capitale, traumatisant toute une nation.

- Pays à terre -

Le pays fait aussi face à l'effondrement de son économie que rien ne semble enrayer ainsi qu'à une fuite des cerveaux et de toute une génération à l'étranger, quand plus de la moitié de la population vit désormais dans la pauvreté.

Parmi les artistes sélectionnés vendredi soir figure le groupe Postcards, célèbre pour ses ballades indie rock, ou encore Blu Fiefer et son hip-hop arabe à la plume acerbe.

"On est en 2020 et le pays est (foutu). On est en 2020 et la livre est à terre, il n'y a plus de dollars", scande la chanteuse de Blu Fiefer, en référence à la dépréciation de la monnaie nationale et à la pénurie de devises. Derrière elle, quatre hommes dansent la dabké traditionnelle.

Pour "défier les ténèbres par la musique", les temples de Niha, Qsarnaba ou Majdal Anjar ont aussi servi de décors aux performances. "L'événement permettra aux spectateurs de découvrir ces sites relativement peu connus", expliquent les organisateurs.

A l'été 2020, dans un Liban déjà en crise et englué dans la pandémie de Covid-19, le festival avait organisé un unique concert, sans public, en partenariat avec l'Orchestre philharmonique du Liban.

Fondé en 1956, le Festival est devenu un incontournable de la scène artistique.

Les ruines romaines ont accueilli des artistes qui ont marqué leur siècle: Oum Kalthoum, Charles Aznavour, Ella Fitzgerald ou encore le danseur et chorégraphe Maurice Béjart.

Les étés au Liban sont traditionnellement rythmés par des concerts et spectacles organisés par différents festivals qui attirent des milliers de spectateurs.

Des artistes de renommée internationale, à l'instar de Shakira, Sting, ou encore Andrea Bocelli, ont été à l'affiche ces dernières années.

Le festival de Baalbek est pour le moment le seul à avoir organisé un événement. Les autres n'ont encore rien dévoilé de leur programmation.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.