Danny Boon : "Il faut laisser Johnny Hallyday en paix"

Danny Boon : "Il faut laisser Johnny Hallyday en paix"
Danny Boon (droite) et Vincent Lindon aux obsèques de Johnny Hallyday, devant l'église de La Madeleine à Paris, le 9 décembre 2017.

Orange avec AFP, publié le mercredi 28 février 2018 à 09h00

Dans un entretien au Parisien mercredi 28 février, le comédien et réalisateur revient sur sa relation avec son ami le rockeur.



"C'était quelqu'un de merveilleux". À l'occasion de la sortie de son dernier film, "La ch'tite famille", qui sort ce mercredi, Dany Boon a rencontré des lecteurs du Parisien, qui sont notamment revenus sur sa relation avec Johnny Hallyday, décédé le 6 décembre 2017 à l'âge de 74 ans.

Interrogé sur la querelle familiale autour de l'héritage du chanteur, Dany Boon juge que "c'est quelque chose de l'ordre du privé". "Je suis d'accord avec Line Renaud (qui joue sa mère dans le film, NDLR), il faut laisser Johnny en paix. Il faut penser aux enfants, les grands comme les petits. C'est très violent pour eux. Il faut respecter le deuil et les laisser régler ça en famille", insiste le plus célèbre des Ch'tis.

"Je n'ai jamais vu un artiste aussi généreux"

La dernière scène de la comédie rend hommage à Johnny Hallyday, avec la chanson "Que je t'aime" en ch'ti. "On me demande souvent si je l'ai ajoutée après (la mort de Johnny, NDLR), mais elle était prévue bien avant que Johnny ne m'apprenne qu'il était malade, explique au Parisien le réalisateur. Il a beaucoup de fans dans le Nord. Je voulais lui rendre hommage, même si j'étais loin de penser que ce serait un hommage posthume. Je montrais tous mes films à Johnny : je lui faisais une projection dans la salle de cinéma de ma maison à Los Angeles", révèle Dany Boon.



"C'était quelqu'un de merveilleux, se souvient-il. Je l'ai vu crevé en coulisses avant de faire deux heures et demie de show absolument dingues. Je n'ai jamais vu un artiste aussi généreux. Quand je suis arrivé à Los Angeles, il m'a prêté sa maison. Il m'a presque engueulé quand j'ai dit que je ne voulais pas déranger", raconte encore Dany Boon.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU