Costa-Gavras: Mai 68 a été un "mouvement très sain" pour le cinéma

Chargement en cours
 Le réalisateur Costa-Gavras à la soixante dizième édition du Festival de Cannes le 25 mai 2017

Le réalisateur Costa-Gavras à la soixante dizième édition du Festival de Cannes le 25 mai 2017

1/2
© AFP, LOIC VENANCE

AFP, publié le jeudi 12 avril 2018 à 15h15

Le réalisateur franco-grec Costa-Gavras, témoin en mai 68 d'un mouvement "assez étonnant", se souvient du festival de Cannes brutalement interrompu pendant les évènements que le président de la cinémathèque juge "très sains" pour l'ouverture du cinéma français.

QUESTION: Quelles ont été selon vous les retombées de mai 68? 

REPONSE: Il y a eu des changements fondamentaux à l'époque, (pour ne citer qu')un exemple que j'ai vécu, l'histoire du cinéma.   

Les metteurs en scène ont arrêté le festival de Cannes: ils pensaient qu'il n'était pas possible d'avoir d'un côté un peuple qui agit pour changer les choses et de l'autre (des gens qui font) des fêtes à Cannes. 

Aujourd'hui, c'est le festival le plus célèbre au monde, le plus connu et le plus important aussi, parce qu'on peut présenter son film à la quinzaine du cinéma, à la semaine de la critique. Toutes ces manifestations sont formidables, elles sont nées grâce à soixante-huit.

Q: Comment avez-vous vécu les événements? 

R: Soixante-huit, c'était un mouvement assez étonnant. Je vivais à Paris à deux cents mètres de la Sorbonne, j'avais un appartement à côté. J'ai vécu ça tous les jours depuis le premier jour où ça a éclaté. Et même les journalistes, que j'ai rencontrés dans la rue à l'époque, étaient absolument stupéfaits de la violence et de la force de ce mouvement. Je trouvais cela très sain.

Q. Le cinéma français a-t-il été ensuite profondément changé?

R. Le Centre national du cinéma (CNC) s'est beaucoup ouvert aux professionnels, les commissions qui dirigent les différentes sections se sont ouvertes aux producteurs, aux metteurs en scène, etc.

C'était très sain pour le cinéma et c'est pour cela que nous avons en France le cinéma le plus ouvert au monde.

Quelques années plus tard, +l'exception culturelle+ a été un autre moment de +petite révolution+ dans le cinéma, quand l'Europe a voulu imposer des choses qui risquaient de nuire au cinéma français et européen. 

Propos recueillis par Hugues Jeanneaud

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.