Clap de fin pour "Le plus grand cabaret du monde" de Patrick Sébastien

Clap de fin pour "Le plus grand cabaret du monde" de Patrick Sébastien
Patrick Sébastien lors de la 30e édition du Téléthon à l'hippodrome de Longchamp à Paris, le 3 décembre 2016.

, publié le samedi 04 mai 2019 à 09h00

Près de trois mois après l'annonce de l'arrêt programmé de l'émission, le dernier épisode du Plus grand cabaret du monde sera diffusé samedi 4 mai. Un arrêt regretté par les professionnels du cirque.

"Quel gâchis." Dans Le Parisien, Gilbert Gruss, directeur du Cirque Arlette Gruss, a rejoint la cohorte de professionnels du monde du cirque qui rendent un vibrant hommage à Patrick Sébastien et son émission "le plus grand cabaret du monde". 

Malgré des audiences encore en bonne forme, 2,4 millions de téléspectateurs en moyenne en 2018, la direction de France Télévisions a décidé de clore une histoire débutée en décembre 1998.

Un coup rude porté au présentateur, qui quittera à cette occasion les chaînes du service public. "Pour le numéro 201 du Plus grand cabaret du monde, c'est-à-dire, le premier numéro des 200 qui vont suivre... Non, ce n'est pas vrai, je déconne ! Le premier des deux qui nous restent cette année", avait glissé, amer, Patrick Sébastien lors de la présentation de l'avant-dernier numéro.

"Quelle place auront les artistes à la télé dorénavant ?"

Émission française la plus regardée sur TV5 monde, son retrait laisse un sentiment de vide chez les professionnels du cirque, pour qui le tampon "vu chez Patrick Sébastien" était un formidable accélérateur de carrière. "Quelle place auront les artistes à la télé, dorénavant ?", interroge Alain Pacherie, président du Festival mondial du cirque de demain. "On ne va plus les voir ! On ne va plus donner envie à 2 ou 3 millions de téléspectateurs d'aller au cirque. C'est une catastrophe pour la profession."


L'iconique présentateur aura droit à un ultime rappel samedi 11 mai, avec la diffusion du dernier épisode des "Années bonheur", décalé à la suite de l'incendie de Notre-Dame de Paris.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.