César: "Josep" ou l'hommage au dessinateur antifranquiste Josep Bartoli

Chargement en cours
Le dessinateur et réalisateur français Aurel lors d'une séance photo à Paris le 15 janvier 2021
Le dessinateur et réalisateur français Aurel lors d'une séance photo à Paris le 15 janvier 2021
1/3
© AFP, JOEL SAGET

, publié le samedi 20 février 2021 à 10h48

C'est l'histoire d'une fascination pour une vie et un trait: avec "Josep", son premier long-métrage en lice aux César du cinéma, Aurel rend hommage au dessinateur antifranquiste oublié Josep Bartoli et au dessin, art qui "nous lie tous les deux", dit-il à l'AFP.

Il y a d'abord eu le label Cannes 2020, puis, une fois en salles, le succès public et, enfin, le succès critique avec l'obtention de plusieurs prix dont le prestigieux Louis-Delluc, dans la catégorie du meilleur premier film. 

Sorti en DVD mercredi et disponible en VoD, "Josep", réalisé par Aurel, nom de plume du dessinateur Aurélien Froment, 40 ans, connu pour ses dessins de presse dans le quotidien Le Monde et l'hebdomadaire Le Canard Enchaîné, pourrait bien rafler le 12 mars, le César du meilleur film d'animation. 

Une "success story" inattendue et à laquelle le premier intéressé à encore du mal à croire: "Si on m'avait dit que le film connaîtrait ce destin, je n'y aurais sans doute pas cru. Je suis très touché", dit-il lors d'un entretien à l'AFP.

- "Film dessiné" -

Écrit par Jean-Louis Milesi, scénariste fétiche de Robert Guédiguian, Josep, qui évoque la Retirada, l'exode, en 1939, par les Pyrénées de près d'un demi-million Républicains espagnols fuyant le franquisme, est avant tout un témoignage de l'amour qu'Aurel porte au dessin.

Le film raconte cet épisode peu connu de l'Histoire à travers le destin de deux hommes qui vont se lier d'amitié: le dessinateur catalan Josep Bartoli (1910-1995) et Serge (personnage de fiction), un gendarme français. 

La violence de tous les instants, la faim, le racisme, les humiliations: le film jette une lumière crue sur les camps français dans lesquels survivaient les réfugiés espagnols, parmi lesquels Josep Bartoli.

"J'ai voulu m'emparer de la vie de Josep pour lui rendre hommage et le faire connaître au grand public, tout en rendant hommage au dessin parce que c'est aussi ce qui nous lie tous les deux", explique Aurel, qui raconte s'être "laissé porter par la fascination pour son trait et sa vie".  

Pensé "comme une enquête journalistique", le film, qui reste une fiction, s'est nourri de plusieurs sources documentaires dont les dessins de Josep Bartoli ainsi que du témoignage de sa veuve et de son neveu. 

Sur la forme, le film fait place au dessin avec des séquences volontairement peu animées. "Plus qu'un film d'animation, ce que je voulais, c'était de réaliser un film dessiné", souligne-t-il.

- "Stimuler l'imaginaire" -

Porter haut et fort le dessin en l'imposant comme un genre à part entière est une obsession pour celui qui "dessine depuis qu'(il) sait tenir un crayon". Plus connu sous sa casquette de dessinateur de presse, il s'est aussi essayé aux BD-reportages, dont celles, consacrées aux migrants, sont rassemblées dans l'album "Clandestino" paru en 2014.

"La grande force du dessin et de l'art graphique en général c'est qu'il stimule l'imaginaire et suggère l'indicible. L'évocation et la simplicité du trait permettent de raconter le monde dans sa complexité", remarque-t-il.

Son passage du dessin au 7e art se fait en 2011 lorsqu'il co-réalise, avec Florence Corre, le court-métrage d'animation "Octobre noir" sur la répression, à Paris, et en pleine guerre d'Algérie, de la manifestation d'Algériens du 17 octobre 1961, qui a fait des dizaines de morts.

"Donner vie à mes dessins grâce au mouvement, c'est quelque chose qui m'a toujours plu", dit-il, confiant voir dans le cinéma "un continuum", plus qu'une rupture.

Mais surtout, il est reconnaissant au cinéma d'avoir fait de l'art graphique un art et un outil à part entière. Une démarche que le journalisme n'a pas encore fait, selon lui. 

"Nous les dessinateurs de presse, on est toujours considérés comme des gens qui faisons de jolis dessins mais quand il faut parler de sujets importants ou aller sur le terrain, on enverra un photographe, pas un dessinateur. Le cinéma, lui, a fait une démarche intellectuelle qui est intéressante et qui correspond à l'idée que je me fais de mon art". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.