Cannes: le réalisateur de "Black Panther" en avait "marre" des BD sans Noirs

Cannes: le réalisateur de "Black Panther" en avait "marre" des BD sans Noirs
Le réalisateur américain Ryan Coogler et son épouse Zinzi Evans, le 10 mai 2018 au festival de Cannes

AFP, publié le jeudi 10 mai 2018 à 20h34

"J'en avais marre des BD avec seulement des héros blancs où les Noirs sont là pour décorer." Ryan Coogler, réalisateur de l'énorme succès au Box-office "Black Panther" est revenu jeudi à Cannes sur la genèse de ce premier film sur un super-héros noir.

Pour une leçon de cinéma devant une salle comble, dont le réalisateur Raoul Peck, nominé aux Oscars 2017 pour "I'm not your Negro", l'actrice française Aïssa Maiga ou le chanteur The Weeknd, le réalisateur américain a été longuement interrogé sur ce film déjà "marquant de l'histoire du cinéma" selon Thierry Frémaux, le délégué général du Festival de Cannes.

Projeté mercredi soir lors d'une séance sur la plage cannoise, ce film a déjà rapporté 1,3 milliard de dollars de recettes dans le monde, selon les résultats trimestriels de Disney publiés mardi.

"Il s'agit en fait de l'histoire d'un homme qui a une vision idéalisée de son père, de son pays, et qui est entouré par la mort", a développé Ryan Coogler, 31 ans.

La mort, un thème sur lequel il est longuement revenu: pour les jeunes Noirs, "25 ans, c'est le chiffre magique, l'âge auquel tu es soit mort, soit en prison. Quand j'avais 22 ans, je me demandais chaque jour si quelqu'un allait me tuer", a-t-il lancé, revenant sur Oscar Grant, un jeune Noir abattu par la police qui a inspiré son premier film, "Fruitvale Station" (2013).

Revenant sur son éducation cinématographique, des films de James Bond, et notamment "Goldfinger", à la série des "Parrains", Coogler a également souligné l'importance de sa mère : "Elle était Imdb (base de données de référence sur le cinéma mondial, NDLR) avant Imdb". "Et il y a deux films que j'ai vus avec mon père, qui m'ont vraiment marqué en tant qu'homme, +Boy'z in the Hood+ et +Malcolm X+. J'étais superjeune, c'était superviolent et pas du tout pour les enfants!"

Tout en mettant aussi en avant l'importance de certains réalisateurs étrangers, comme les films du Français Jacques Audiard, "La Haine" de Mathieu Kassovitz et "Timbuktu", du Mauritanien Abderrahmane Sissako, qu'il a regardé "pour essayer de comprendre à quoi ressemble l'Afrique", pour "Black Panther".

ol/alu/jh

      

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.