Cannes 2018. Clémence Poésy : «Il y a quelque chose de surnaturel chez Cate Blanchett»

Cannes 2018. Clémence Poésy : «Il y a quelque chose de surnaturel chez Cate Blanchett»
 L'actrice Clémence Poésy. 

laparisienne.com, publié le jeudi 17 mai 2018 à 14h12

L'actrice est passée derrière la caméra pour un court-métrage présenté mardi aux Talents Adami.

Chaque année, des acteurs et actrices réalisent leurs premiers courts-métrages dans le cadre de l'opération Talents Adami 2018 avec un thème imposé et 3 jours de tournage imposé. Mardi 15 mai, la comédienne Clémence Poésy a eu le plaisir de dévoiler son court-métrage «Les démons du vent», qui devait faire écho au sujet «Jour de fête». Pour La Parisienne, elle a accepté de revenir sur cette expérience inédite.

 

Comment s'est passée votre expérience de réalisatrice, à Cannes, pour les Talents Adami ?

C'était très rapide. C'est le jeu ! Le pari, c'était les trois jours pour tourner et une préparation assez courte. J'ai eu le sentiment de faire ce court-métrage à l'instinct, j'ai découvert les décors la veille. Ça a été un peu comme un plongeon dans cette expérience de réalisatrice. Et malgré tout cela, cela a été fluide, agréable et bienveillant.

 

En quoi cela est-il plus évident de passer derrière la caméra lorsque l'on est actrice ?

Je crois que le fait d'avoir déjà conscience des plateaux de cinéma, de les connaître, fait que forcément, on n'aborde pas le tournage de la même manière, on est sans doute plus à son aise.

 

Le thème de votre film était «Jour de fête». Votre plus belle fête au Festival de Cannes ?

Je crois que c'est la montée des marches samedi dernier par 82 actrices, productrices et professionnelles du cinéma. C'était solennel mais extrêmement puissant. Ce que les femmes du collectif 50/50 pour 2020 font, c'est important. L'idée est de prendre des faits réels, des chiffres, de poser quelque chose de très clair et évident pour construire cette image très forte. Les mecs, on n'aurait même pas pu les faire tenir sur les marches de Cannes ! 1688 hommes au Festival contre 82 femmes depuis sa création, fallait juste le dire ! Et surtout, maintenant, que faisons-nous pour que ça change ? C'était une façon de continuer le mouvement initié cet hiver et de ne pas s'arrêter sur un titre de journal. Ce n'est pas que cette histoire sordide et scandaleuse. Là, c'est une force, un mouvement essentiel de ce collectif pour que les choses soient différentes.

 

En quoi est-ce important que les actrices prennent la parole ? C'est leur rôle ?

C'est celui de tout le monde ! Pas que les actrices. Et c'est surtout très important que ce mouvement serve à changer la donne partout, dans tous les domaines et secteurs d'activité. C'est ce qu'il s'est passé avec le Time's up américain lorsqu'ils ont reçu une lettre d'une agricultrice qui les soutenait. Ça ne doit pas rester centré dans un petit monde.

 

Un avis sur le jury cannois cette année ?

Je suis une fan inconditionnelle de Cate Blanchett ! Je n'ai jamais vu quelqu'un en vrai, même de loin, qui irradiait d'intelligence et de beauté comme elle. Il y a quelque chose de surnaturel chez Cate Blanchett. Je trouve que c'est un très beau jury cette année.

 

Le film qui vous a le plus marqué à Cannes ?

Sans hésiter, «Moi, Daniel Blake» de Ken Loach. C'était il y a deux ans, je me rappelle avoir pleuré pendant 20 minutes sur mon siège ! En plus, voir ce film très social à Cannes, c'était très curieux.

 

Vos projets ?

Je vais refaire un court-métrage en octobre prochain. Et je viens de tourner un long-métrage américain sur Picasso, «Genius», avec Antonio Banderas. Il est réalisé par Kenneth Biller et est diffusé en ce moment-même aux Etats-Unis. 

 

Les Talents Adami fêtent leurs 25 ans !

Pour les 25 ans de l'opération, l'Adami et son partenaire Fulldawa Films ont choisi de confier la réalisation des courts-métrages à cinq comédiennes et comédiens reconnus, qui passent pour la première fois derrière la caméra.

Ce sont ainsi : Charlotte Le Bon, Pierre Deladonchamps, Sabrina Ouazani, Clémence Poésy et Mélanie Thierry qui racontent leur idée d'un jour de fête : Nouvel an, Aïd-el-kébir, anniversaire, pool-party, et même une étrange fête dans une chambre d'hôtel... chacune et chacun d'entre eux dévoilera son univers unique, décalé, drôle, grave, émouvant...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.