Black Panther, premier film projeté dans un cinéma saoudien depuis 35 ans

Black Panther, premier film projeté dans un cinéma saoudien depuis 35 ans

Black Panther sera le premier diffusé en salle en Arabie Saoudite depuis 35 ans.

leparisien.fr, publié le vendredi 06 avril 2018 à 16h58

L'Arabie Saoudite continue sa révolution sociétale, avec la réapparition d'un cinéma dans la capitale après plus de 35 ans d'absence.

Le prince T'Challa va donner un coup de main au prince héritier Ben Salmane. C'est en effet « Black Panther » le carton cinématographique mondial de ce début d'année qui sera le premier film diffusé dans une salle en Arabie Saoudite depuis plus de 35 ans, le 18 avril prochain.

Une révolution sociétale est en marche depuis plusieurs mois dans la monarchie du Golfe Persique. Dans le cadre d'un plan de réformes économiques et sociales souhaité par le prince héritier Mohammed ben Salmane, le gouvernement tente de promouvoir des formes de divertissement, jusque-là bannies, dans le royaume, malgré l'opposition des milieux ultraconservateurs. Des concerts, des spectacles, et maintenant la création d'une salle de cinéma ont permis à la population saoudite de découvrir des univers inconnus.

Le royaume conservateur comptait des cinémas jusque dans les années 1970, mais ils ont été fermés sur ordre des instances religieuses. Pendant toutes ces années, de nombreux Saoudiens n'ont consommé de la culture occidentale que via la télévision par satellite à la maison, ou plus récemment grâce à leurs téléphones. La péninsule arabique est ainsi une des plus grandes consommatrices de YouTube au monde.

« Le choix de « Black Panther » ne doit rien au hasard »« L'ouverture de cinémas est une vraie révolution. D'abord parce qu'a priori ce seront des espaces mixtes, accessibles aux femmes. Le choix de Ryad n'est pas non plus anodin, c'est la capitale mais aussi la région la plus conservatrice du pays contrairement à Djedda par exemple » analyse Sofiane Si Merabet, de l'agence culturelle Karta, basée à Dubaï, contacté par Le Parisien.

« Le choix de « Black Panther » ne doit rien au hasard non plus. C'est un blockbuster américain mais avec un message fort d'émancipation. Pour MBS (le prince héritier) très féru de culture US, cela a du sens. La culture cinématographique du pays était déjà très américanisée, c'est aussi un choix dans la continuité » confirme le consultant en marketing culturel. D'ailleurs, c'est un autre poids lourd labellisé Marvel qui succédera à Black Panther à l'affiche des cinémas saoudiens dès le 26 avril : « Avengers : Infinity Wars ».

LIRE AUSSI >« Black Panther », succès sans frontières

« C'est une révolution mais pas forcément une surprise. « Vision 2030 », le plan de réforme de la société saoudienne, est une vision de Ben Salmane où la culture s'est toujours inscrite ». Ce plan vise principalement à diversifier l'économie du pays encore trop dépendante du pétrole.

La production nationale revigoréeAutre point en faveur du retour du cinéma : l'émergence d'une production nationale saoudienne. Même si les salles étaient interdites, le cinéma saoudien commence à être reconnu internationalement. La comédie romantique « Barakah Meets Barakah » de Mahmoud Sabbagh a ainsi été projetée à la Berlinale tandis que « Wadjda » de Haifaa Al-Mansour a été en 2013 le premier film national à participer aux Oscars du meilleur film étranger.

« Plus largement Il y a un intérêt diplomatique pour le pays. Les Saoudiens travaillent aussi pour plus de visibilité en vue du prochain Festival de Cannes. Mohamed Ben Salmane a ainsi voulu faire rentrer le royaume dans la diplomatie culturelle » analyse encore Sofiane Si Merabet.

Un marché d'1 milliard de dollars par anLe géant américain AMC Entertainment, qui a été désigné pour l'exploitation des salles, devrait ouvrir 40 cinémas dans 15 villes saoudiennes au cours des cinq prochaines années, selon un média officiel. « Le marché saoudien est très important, et la majorité de la population [...] est impatiente de regarder ses films préférés ici, chez elle », a affirmé le ministre de l'Information Awwad Alawwad lors de l'annonce de ce partenariat.

Avec une population de 30 millions d'habitants, dont la majorité a moins de 25 ans, le marché cinématographique saoudien pourrait peser un milliard de dollars par an, selon le PIF.

Les Saoudiens dépensaient jusque-là chaque année des milliards de dollars pour aller voir des films et visiter des parcs de loisirs dans les centres touristiques voisins de Dubaï ou Bahreïn, petit pays accessible par un pont. Mais AMC ne devrait pas être le seul à en profiter, il devra bientôt rivaliser avec d'autres poids lourds, comme VOX Cinemas basé à Dubaï, premier exploitant au Moyen-Orient.

Petit bémol, il n'est pas encore sûr que le public saoudien ait accès à tous les films occidentaux. La censure du régime pourrait bien passer par-là...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.