Béatrice Berrut, du Liszt pas lisse

Béatrice Berrut, du Liszt pas lisse
Sur «Athanor», la pianiste est accompagnée par le Czech National Symphony Orchestra dirigé par Julien Masmondet.
A lire aussi

Libération, publié le lundi 07 mai 2018 à 19h44

Elle remet le couvert. Béatrice Berrut a beau avoir connu sa première extase musicale en écoutant le Concerto pour piano n° 2 de Brahms, le grand homme de sa vie reste Franz Liszt. Alors elle y revient. Et aujourd'hui, un an après la sortie de son album Metanoia - voyage dans quelques œuvres pour piano du prodige hongrois -, paraît Athanor, où elle s'est cette fois tournée vers les pages orchestrales, plutôt rares, du compositeur-abbé, accompagnée par le Czech National Symphony Orchestra dirigé par Julien Masmondet. Autant dire que son grand homme lui va comme un gant.

Formée à Berlin par des professeurs issus de la lignée pédagogique de Heinrich Neuhaus (tenant de l'école russe qui forma Sviatoslav Richter, Emil Gilels ou encore Brigitte Engerer), la pianiste suisse

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.