Aux Trans, la flamme Johnny s'est éteinte dans une relative indifférence

Aux Trans, la flamme Johnny s'est éteinte dans une relative indifférence

Jean-Louis Brossard un des organistaeurs des Trans musicales, à Rennes le 3 novembre 2015

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 06 décembre 2017 à 21h01

"Sur les Trans, ça n'a pas de sens de faire un hommage." La 39e édition des Trans musicales s'est ouverte sans véritable regard pour Johnny Hallyday, décédé mercredi à quelques heures du coup d'envoi de ce festival dénicheur de talents.

Les discours d'ouverture n'ont ainsi pas fait référence au rocker, à l'exception de celui de Benoît Careil, adjoint à la culture de la ville de Rennes et ex du groupe Billy Ze Kick et les Gamins en folie, qui a terminé en lançant deux phrases de la chanson "Retiens la Nuit".

Si Jean-Louis Brossard a regretté le décès d'un "sacré personnage", le co-fondateur du festival breton a également estimé que, "sur les Trans, ça n'a pas de sens de faire un hommage".

Du côté des artistes, on n'a pas vraiment quelque chose de Johnny non plus, à commencer par Antoine Gicquel, alias DJ Topper Harley, 37 ans, qui mixe dans le cadre du festival. "Toutes mes pensées vont à Michel Drucker, il va devoir renouveler ses invités", a-t-il noté. 

"Il les vivait, ses chansons, c'est une bonne pâte. J'ai un regret, c'est de ne pas l'avoir rencontré pour lui demander comment un mec qui avait si bon goût en début de carrière a pu la terminer en faisant du Obispo? Tant qu'il nous reste Lavilliers!", a-t-il ajouté. 

DJ Chatoune, 39 ans, mixe jeudi et retient plutôt que "au niveau de la coupe de cheveux, c'était un modèle. Il nous a inspiré dans toutes nos conneries."

Dans le public aussi, on reste de marbre. "La mort de Johnny ne m'a pas particulièrement touchée. Je savais qu'il était malade, cela ne m'a pas étonnée", a déclaré Hélène Guivarch. Cette Rennaise de 33 ans préfère "l'opéra ou la musique du monde, plus Afrique-Amérique latine. "Spontanément, ce n'est pas le genre d'artiste que je cherche aux Trans musicales."

Il faut dire que le festival lancé en 1979 et qui se termine dimanche mise sur des artistes pour la plupart inconnus du grand public.

Les "Trans" ont ainsi révélé en France de nombreux artistes devenus incontournables ensuite, parmi lesquels Björk, Étienne Daho, Nirvana, The Chemical Brothers, Daft Punk, Stromae ou Noir Désir.

 
9 commentaires - Aux Trans, la flamme Johnny s'est éteinte dans une relative indifférence
  • Même s'ils s'estiment différents, ça n'empêche pas une parole, c'est la même famille.

  • Trans..... pitoyable ce manque de respect pour un Chanteur hors pair.
    Ce manque de respect ,une honte pour la nouvelle génération.

    Un Très grand merci à Johnny.Un chanteur modèle.
    Son succès :Aimer la FRANCE,son Public ,la langue Française.
    Tous ses succès sont chantés en FRANÇAIS !!!
    Un très grand respect du public ,accompagné de très grands musiciens ,un bon orchestre ,comme ,hélas,on n'entend plus!!!
    Que du bonheur. Un jeune de 76 ans

  • avatar
    faber24  (privé) -

    Que voulez-vous, quand on a l'esprit obtus, fermé, ça donne cette indifférence.
    On n'est pas obligé d'être un fan pour lui rendre hommage.
    Les "artistes inconnus révélés au grand public" par ce festival ne lui sont pas arrivés à la cheville, du point de vue de l'audience et de la popularité. Quant à Noir Désir, il vaut mieux éviter d'en parler...

  • C'est dingues, ces bretons, toujours ne rien faire comme les autres.
    Qu'on leur donne leur indépendance.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]