Audiovisuel public: les dirigeants présentent leurs projets pour réduire les coûts

Audiovisuel public: les dirigeants présentent leurs projets pour réduire les coûts

La ministre de la Culture Françoise Nyssen à Marly-le-Roi, France, le 16 septembre 2017

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 20 décembre 2017 à 21h57

Les dirigeants de l'audiovisuel public, reçus jeudi au ministère de la Culture, écartent l'idée d'une fusion entre leur médias mais relèvent plusieurs pistes de collaborations possibles pour réduire les coûts, selon une note remise à la ministre et consultée par l'AFP.

Les responsables de France Télévisions, Radio France, France Médias Monde (comprenant notamment RFI et France 24) et l'Ina (Institut national de l'audiovisuel), accompagnés de la présidente de la chaîne franco-allemande Arte, doivent être reçus à partir de 08H00 ce jeudi pour présenter ces pistes communes à la ministre de la Culture Françoise Nyssen. Le tout dans un contexte de réductions des crédits pour 2018 dans l'audiovisuel public. 

Pour Delphine Ernotte (France Télévisions), Mathieu Gallet (Radio France), Marie-Christine Saragosse (France Médias Monde) et Laurent Vallet (Ina), des coopérations sont possibles dans une dizaine de domaines, en s'inspirant de l'exemple de la chaîne franceinfo impliquant leurs quatre groupes depuis 2016, selon cette note d'abord publiée par BFM Business.

Deux propositions étaient connues: des "tranches" matinales communes à France 3 et France Bleu et une "plateforme numérique intégrée" axée sur la culture associant les quatre groupes publics.

La note propose en outre un rapprochement des réseaux de correspondants à l'étranger. Ainsi, côté radio, "une démarche de coopération plus large" est envisagée avec par exemple la "création de bureaux communs" dans cinq pays où RFI et Radio France disposent aujourd'hui de correspondants séparés (Pékin, Moscou, Jérusalem, Washington et Bruxelles). 

Les groupes pourraient également davantage coopérer en matière de formation ou à travers une mutualisation des achats.

Contactés, les groupes Radio France et France Télévisions n'ont pas souhaité faire de commentaires.

Du côté du ministère, un document de travail avait fait état récemment de "pistes" plus radicales, avec un possible "rapprochement" entre France Télévisions et Radio France, une fusion de France 3 et France Bleu, la suppression de France Ô ou le passage de France 4 à une diffusion 100% numérique. Un document qui avait déclenché la colère des syndicats qui y voient le risque d'une destruction du service public.

Le président Emmanuel Macron a confirmé dimanche vouloir lancer en 2018 un "grand travail de réflexion" sur l'audiovisuel public, estimant que ce dernier doit notamment s'adapter aux nouveaux usages des téléspectateurs.

"Un groupe de travail resserré" sera mis en place en janvier à l'Assemblée nationale, a précisé mercredi le député La République en marche Gabriel Attal.

 
6 commentaires - Audiovisuel public: les dirigeants présentent leurs projets pour réduire les coûts
  • Autre solutions séparer l'information de la publicité culturelle disons d'Etat qui souvent devrait être payante...

  • Il n y a plus que des émission de lélé réalité pour débiles, plus rien d'interessant dans leurs programmes. Beaucoup trop d'émissions politiques avec des centaines de journalistes qui parlent entre eux, savent tout mieux que les autres, sont procureurs, enquêteurs, politiques, ministres, entraineurs sportifs et j en passe tout ca dans une totale médiocrité et de personnes imbues qui pour une grande majorité arrivent tout juste à lire correctement une dépêche de l'AFP. Alors oui il y a moyen de faire des économies, virez tous ces gens trop payés.

  • Ils oublient encore : payer moins cher les présentateurs, réalisateurs et droits de retransmission des matchs de foot et autres futilités et faire payer la publicité indirecte faite aux bouquins présentés dans certaines émissions. Cette publicité indirecte est en outre discriminatoire pour les auteurs qui n'ont pas la chance d'être accueillis sur les plateaux ainsi que dans les émissions radio. WLADIM

    OK, la publicité indirecte (pas seulement les bouquins, mais les "albums" et autres.. prend de plus en plus de place, l'autopublicité aussi, voir les annonces multiples pour les futures émissions, quelquefois jusque 24 heures à l'avance etc..Que de temps perdu, obligeant ensuite à une cadence tellement accélérée que la vraie information devient incompréhensible !! Perte de qualité, dont évidemment l'audience se ressent !! Tout cela ne figure pas du tout dans les mesures prévues, qui seront inefficaces, évidemment !! La première chose à faire, réduire le nombre de journalistes engagés dans une information particulière, jusqu'à 3 ou 4 !! Et donc réduction de personnel obligatoire !!

  • on nous passe déjà des crottes sa ne vas pas s'arranger et la redevance augmente toujours

  • Il arrive que les maitres mordent leur chien !...........

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]