Ariane Mnouchkine, reine absente des Molières 2018

Ariane Mnouchkine, reine absente des Molières 2018
La 30e cérémonie des Molières salle Pleyel à Paris le 28 mai 2018

AFP, publié le mardi 29 mai 2018 à 00h31

La légendaire Ariane Mnouchkine, fondatrice du Théâtre du Soleil, a été sacrée lundi en son absence meilleure metteure en scène à la 30e édition des Molières pour "Une chambre en Inde", écrite sur fond des attentats à Paris.

Deuxième grand vainqueur de cette soirée: "Adieu Monsieur Haffman", pièce émouvante sur un juif caché dans une cave dans la France de Vichy signée Jean-Pierre Daguerre. 

La "reine" Mnouchkine

Elle est la troisième femme depuis la création de cette cérémonie à recevoir ce prix, aux côtés d'Irina Brook et de Zabou Breitman, qui a présenté cette édition.

Figure emblématique d'un théâtre engagé, Ariane Mnouchkine (79 ans) n'a toutefois pas assisté à la cérémonie organisée à la salle Pleyel.

"Une chambre en Inde", qui avait été oubliée par erreur en 2017, a également obtenu le Molière de la meilleure pièce du théâtre public.

La pièce met en scène une troupe qui se retrouve en Inde alors que les attentats frappent Paris, et détourne l'horreur des attentats par le rire pour tenter de mieux l'appréhender.

Mnouchkine décroche ainsi son deuxième Molière pour la mise en scène, après celui remporté pour "Tambours sur la digue" en 2000.

Le sacre de Jean-Philippe Daguerre

Jean-Philippe Daguerre, jusque-là connu pour ses mises en scène de classiques comme "L'avare" ou "Le Cid", a empoché quatre Molières pour "Adieu Monsieur Haffman", meilleure pièce du théâtre privé.

Larmes aux yeux pendant la cérémonie, Daguerre a également remporté le Molière du meilleur auteur francophone.

Tragi-comédie racontant l'histoire d'un bijoutier juif qui se cache dans une cave pour échapper aux Nazis dans la France occupée, cette pièce a été écrite et montée par Daguerre, 50 ans, qui se présente comme un "provincial" arrivé à Paris à l'âge de 19 ans.

Dans cette pièce, on peut entendre des enregistrements d'époque expliquant "Comment reconnaître un juif".

Julie Cavanna, qui joue le rôle de la femme du joailler qui cache le juif M. Haffman, a remporté le Molière de la révélation féminine, tandis que Franck Desmedt, qui joue le rôle d'un nazi, est sacré meilleur comédien dans un second rôle.

L'humour féminin et Darroussin

Jean-Pierre Darroussin --l'un des acteurs les plus appréciés des Français-- décroche le Molière du meilleur acteur du privé dans une reprise d'"Art", pièce à succès de Yasmina Reza.

Le metteur en scène Joël Pommerat, qui avait obtenu en 2016 le Molière de la meilleure pièce du théâtre public, repart avec trois Molières, notamment le meilleur metteur en scène d'un spectacle privé ("Cendrillon").

Dans le théâtre de l'humour, Blanche Gardin, seule femme dans cette catégorie, l'a emporté face à Jamel Debbouze et Jérôme Commandeur 

Présentant elle-même la catégorie, elle a provoqué une cascade de rire dans le public en ouvrant l'enveloppe annonçant le vainqueur: "je le savais, c'est moi", a-t-elle dit.

Ironisant sur l'intérêt accru porté aux femmes après les scandales de harcèlement sexuel, elle s'est exclamée: "Je suis la seule femme (nommée) l'année de l'affaire Weinstein, c'est trop. Le jour où j'ai un prix, il n'a aucune valeur".

Déception et émotion

"Le fils", pièce sur le malaise d'un adolescent après le divorce de ses parents, est le grand perdant de la soirée.

Ayant obtenu six nominations, la pièce écrite par le dramaturge Florian Zeller, n'en décroche qu'une, celle de la révélation masculine remportée par le jeune Rod Paradot (César du meilleur espoir masculin en 2016 pour "La tête haute") qui joue le rôle du fils traumatisé.

L'acteur de cinéma Yvan Attal, venu avec sa femme Charlotte Gainsbourg et qui espérait remporter son premier Molière, a dû s'incliner face à Darroussin.

Même déception pour "Les fourberies de Scapin" , mises en scène par Denis Podalydès, qui n'a remporté aucune de ses quatre nominations, notamment celle de Benjamin Lavernhe qui a été battu par Jacques Gamblin ("1 heure 23'14'' et 7 centièmes).

Dans le registre de l'émotion, "Vous n'aurez pas ma haine", récit poignant du journaliste Antoine Leiris après la mort de sa femme au Bataclan en novembre 2015 a obtenu le Molière du "Seul en scène".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU