Alkan, beauté en touches

Alkan, beauté en touches

Charles-Valentin Alkan (1813-1888).

A lire aussi

Libération, publié le lundi 18 décembre 2017 à 19h16

A Libération, on aime bien découvrir de jeunes talents. Et tant pis si ceux-ci sont morts en 1888. Charles-Valentin Alkan est de ceux-là. Compositeur et pianiste, cette étoile engourdie de la galaxie romantique et génie français de l'expressivité tempérée d'un voile de symétrie religieuse a été largement oublié mais renaît en cet hiver. Fin novembre, le pianiste russe Yury Favorin a enregistré un CD de ses œuvres maîtresses et le célèbre label néerlandais Brilliant Classics (Mozart en 170 disques à 100 euros) a sorti une anthologie du surdoué parisien en 13 volumes (à 36,99 euros). Inutile de s'en détourner plus longtemps : il va falloir apprendre à se souvenir de l'œuvre impressionnante de Charles-Valentin Alkan, dont voici une tentative de profil en trois…

Lire la suite sur Libération

 
0 commentaire - Alkan, beauté en touches
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]