Adieu France 4, la chaîne qui commençait à trouver son identité

Adieu France 4, la chaîne qui commençait à trouver son identité
Le siège de France Télévisions qui regroupe France 2, France 3, France 4, France Ô et France Info channels, à Paris le 4 septembre 2017

AFP, publié le lundi 04 juin 2018 à 20h58

En annonçant la fin de France 4 sur la TNT, le gouvernement supprime une chaîne jeunesse qui commençait à trouver son identité et dont la place pourrait revenir à franceinfo, lui permettant de se positionner juste devant... BFMTV.

Avant de devenir la chaîne jeunesse de France Télévisions, France 4 a louvoyé. A son lancement en 2005, elle devait remplacer la chaîne Festival, en se consacrant au spectacle vivant et à la fiction indépendante.

A partir de 2009, France 4 était devenue la "chaîne de la jeunesse et de la famille", avec pour mission de "renforcer le lien entre ces générations".

La chaîne a alors développé son offre pour enfants et adolescents autour des marques Zouzous et Ludo, en continuant à diffuser du sport (le rallye Dakar, les JO) et tester en soirée des programmes comme "Touche pas à mon poste", l'émission de Cyril Hanouna vite partie pour D8 (devenue C8).

"France 4 va quitter la TNT au moment même où elle avait trouvé son identité", analyse Philippe Bailly, du cabinet NPA Conseil. "Dernièrement, on comprenait mieux le positionnement de la chaîne: jeunesse en journée et plus familiale en soirée".

La chaîne continuait cependant de plafonner aux alentours de 2% d'audience mensuelle depuis sa création (1,7% le mois dernier), loin derrière France 2 (13,7%) mais aussi derrière France 5 (3,6%). 

Ainsi, 13 ans après sa création, la chaîne violette a été choisie par la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, pour être la première victime de la réforme de l'audiovisuel public, alors que France Ô était également en sursis.

- "Bidouillage" -

Cette suppression qui ne permet que de maigres économies (estimées à 10 millions d'euros de frais de diffusion) est surtout "symbolique", selon Philippe Bailly. France Télévisions migre sur les plateformes qui ont déjà les préférences des jeunes, comme l'a fait la BBC en supprimant sa chaîne jeunesse BBC 3.

En signant la mort de France 4 sur le canal 14, France Télévisions donne aussi de l'espoir à sa petite dernière, la chaîne franceinfo. Lancée fin 2016 tout au bout de la TNT, sur le canal 27, la chaîne plafonne depuis son lancement à 0,4% d'audience moyenne. 

"Sa place sur la TNT est un réel handicap", reconnaissait lundi matin la ministre de la Culture elle-même dans Le Monde. En remplaçant France 4 sur le canal 14, la chaîne d'info se retrouverait juste devant BFMTV, la leader du secteur.

Joint par l'AFP, le fondateur de BFMTV dénonce d'ores et déjà un "bidouillage" à venir de la loi sur l'audiovisuel. "C'est indigne, le gouvernement veut changer les règles pour toucher BFMTV, qui marche bien", a déclaré Alain Weill, devenu depuis le patron d'Altice France, la maison-mère de BFMTV. 

Quand le canal 14 sera vacant, l'Etat pourra préempter une fréquence auprès du CSA pour faire passer franceinfo en haute définition.

Le CSA pourrait ensuite décider, de façon inédite, de réattribuer ce numéro 14 à franceinfo, alors que les numéros de chaîne avaient été attribués sur tirage au sort. Le groupe Altice milite plutôt pour un glissement de toutes les chaînes d'un chiffre à partir du créneau laissé vacant.

La suppression annoncée de France 4 inquiète également les fournisseurs privilégiés de la chaîne: l'industrie française des programmes d'animation, qui va se trouver "complètement fragilisée", selon le Syndicat des Producteurs de Films d'Animation (SPFA).

"Les enfants seront sur le numérique beaucoup plus exposés à un univers dérégulé, composé d'un nombre incontrôlable d'offres dangereuses", poursuit le SPFA dans un communiqué. 76% des Français seraient contre la suppression de France 4 pour cette raison, selon un sondage réalisé pour le syndicat par l'institut OpinionWay la semaine dernière via internet.

France Télévisions, qui n'a pas souhaité commenter ces informations, avait précisé cependant que les commandes d'animation ne bougeraient pas et que les 40 millions d'euros que coûte la grille de France 4 seraient réinvestis intégralement dans les programmes.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.